« No et moi »- J’ai découvert la plume unique de Delphine de Vigan

Car oui, c’est la chose que j’ai apprécié dans cette lecture : sa plume.

Delphine de Vigan est une écrivaine qui fait beaucoup parler d’elle en ce moment avec la sortie de son dernier roman « D’après une histoire vraie » qui rencontre un véritable succès. Il a d’ailleurs remporté le prix Goncourt des lycéens le prestigieux prix Renaudot ! Mais ce n’est pas de ce livre dont nous allons parler aujourd’hui, même s’il est dans ma PAL. Une chronique paraîtra bientôt dessus. 🙂

"No et moi" de Delphine de ViganAujourd’hui, je vous parle de « No et moi », un petit livre dont j’avais entendu parler par MargaudLiseuse. Avec la sortie de son nouveau livre, je me suis dit que ce serait une bonne façon de découvrir Delphine de Vigan, par ce récit de seulement 250 pages qui me semblait plein de légèreté, d’amour et de tendresse.

Lou Bertignac est une adolescente surdouée de treize ans vivant à Paris avec ses parents. Son cerveau fonctionne à plein régime, elle fait des expériences domestique que personne ne ferait, aime observer les passants et adore fomenter des théories farfelues. Un jour, alors qu’elle regarde les voyageurs déambuler dans la gare d’Austerlitz, elle fait la connaissance de No, une jeune sans abri de 18 ans. Elle est sale, ses vêtements sont déchirés, son visage est fatigué, et elle semble abîmée. No se prend alors d’amitié pour cette SDF à l’air revêche, et va tout tenter pour lui venir en aide.

 

Mon avis

Ceux qui me connaissent et suivent mon blog savent à quel point j’aime les histoires parlant des personnages brisés, et qui racontent leur évolution vers le bonheur. Ce sont les livres qui me font le plus de bien. C’est donc très confiante que j’ai commencé ce livre. Avec une écrivaine aussi douée que Delphine de Vigan et une intrigue aussi prometteuse, je ne pouvais qu’être comblée. Mais cette lecture a plutôt été une déception pour moi.

L’histoire est traitée d’une façon extrêmement réaliste, comme un journal intime, à travers le yeux de Lou. On vit avec elle toute la détresse qu’elle ressent pour sauver No, à quel point elle se sent concernée. On suit l’évolution de ses pensées farfelues, fouillies, au fil de phrases sans construction qui ne font qu’aligner les idées qui lui traversent l’esprit.

Je commence à parler très vite je perds le fil, j’oublie le plan, je me laisse emporter par le désir que j’ai de les convaincre, le désir de voir No parmi nous, assise sur nos chaises, sur notre canapé, buvant nos bols et mangeant dans nos assiettes, je ne sais pas pourquoi je pense à Boucle d’Or et aux trois ours, alors que No a les cheveux noirs et raides, je pense à cette image du livre que ma mère me lisait quand j’était petite, Boucle d’Or a tout cassé, le bol, la chaise et le lit, et l’image revient sans cesse, j’ai peur de perdre mes mots, alors je parle à toute vitesse, sans rien suivre, je parle longtemps, je raconte je crois comment j’ai rencontré No, le peu que je sais d’elle, je parle de son visage, de ses mains, de sa valise bringuebalante, de son sourire si rare.

Je me devais de vous mettre ici un exemple de ces phrases si particulières, pour que vous compreniez mieux ce que l’on ressent tout le long du livre. Au début, j’ai été assez désarçonnée par ce genre de phrase, mais au final, on se prend à notre lecture, car on identifie notre propre façon de penser à celle de Lou, si désordonnée. Et c’est ce côté de la plume de Delphine de Vigan que j’ai beaucoup aimé. On a l’impression de voir notre propre conscience s’exprimer, et on se prend très vite à apprécier la petite Lou. Elle prend toutes les événements avec beaucoup de maturité, et décrit pourtant tout ce qui lui arrive avec une innocence vraiment touchante à travers ces longues phrases où tout s’enchaîne, seulement ponctuées de virgules.

Mais ce coup de poignet apporte un côté introverti au récit, presque philosophique, avec très peu de dialogues, qui fait que l’évolution de No est finalement traitée trop lentement. Et comme dit plus tôt, l’histoire est traitée de façon très réaliste. Certes, il y a beaucoup d’entraide, d’amour, de dévotion. Mais tantôt l’évolution est trop lente, tantôt elle n’a pas pris le tournant auquel je m’attendais, et au final j’ai été assez déçue du comportement de Lou, et de celui de No que, surtout après une fin aussi inattendue que celle qu’on découvre, je ne comprends vraiment pas. L’avantage est que l’ont peut se faire sa propre opinion sur le chemin que prendront les avenirs des deux jeunes filles.

Ce livre a d’ailleurs été adapté en film. Je ne l’ai pas vu, je ne peux donc pas vous donner mon avis. Le film me semble bien plus joyeux et positif et que le livre. Mais jetez un œil à la bande annonce :

Je pense malgré tout que ce livre est l’oeuvre parfaite pour découvrir Delphine de Vigan et sa plume assez unique, et bien que je n’aie pas aimé « No et moi » plus que ça, je suis très pressée de m’atteler à « D’après une histoire vraie ».

Avez-vous déjà lu des livres de Delphine de Vigan ?

Lien SensCritique

Lien Livraddict – Ma note : 15/20

Publicités

2 réflexions sur “« No et moi »- J’ai découvert la plume unique de Delphine de Vigan

  1. Je crois que tu as fais une faute de frappes et une partie en double dans ton extrait :
    alors je pare à tout vitesse, sans rien suivre, je parle à toute vitesse, sans rien suivre, je parle longtemps,

    Sinon je n’ai pas encore lu de livre de Delphine de Vigan.
    Mais « D’apres une histoire vrai » est sur ma liste.

    X.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s