Gérer un échec de lecture, « Orgueil et Préjugés » de Jane Austen

Il ne s’agit pas là d’une leçon, ni même d’un conseil. Je serais bien présomptueuse de prétendre savoir comment gérer un échec de lecture, nous avons tous une façon différente de vivre les livres. Certains arrivent facilement à s’en détacher, d’autres sont littéralement happés par leurs mots.

Nous avons tous déjà abandonné un livre. Par manque de temps, par manque d’intérêt, parce que nous venions d’acheter un livre que nous mourrions d’envie de commencer. Et chacun vit cet abandon d’une façon différente.

Certains continuent jusqu’au bout, par honte d’abandonner. Certains ne se prennent pas la tête, persuadés que, de toute manière, ils n’apprécieront pas la suite de leur lecture, comme MargaudLiseuse.

Personnellement, avant, je persévérai, persuadée que le livre avait forcément quelque chose à offrir dans sa seconde moitié. Et après un bilan de toutes mes expériences livresques… eh bien cela n’a jamais été le cas, j’ai toujours été déçue, peu importe la fin. Du coup, maintenant, je ne m’embête plus. Si aux alentours de 40% ou 50% de ma lecture, je ne suis toujours pas convaincue, je mets le livre de côté, en me disant, à la limite, que je pourrai le rouvrir lorsque mes goûts auront changé ou bien à une autre période de ma vie.

Aujourd’hui, je vous parle d’abandon de lecture, oui. Mais d’un certain type. Dans mon article sur la 5ème Vague, j’ai décrit que je m’étais sentie honteuse de ne pas avoir aimé ce livre, véritable best-seller, acclamé par une grande partie de la blogosphère. Bon, admettons, on se dit « Eh puis, zut, tu as le droit de penser ce que tu veux, non ? Certains n’ont pas aimé Harry Potter, alors… ». 😉

"Orgueil et Préjugés" de Jane Austen« Orgueil et Préjugés » de Jane Austen. Qui ne connaît pas ce livre, au moins de titre ? C’est un des piliers de la littérature romantique anglaise du XVIIème siècle. Je me suis lancée dans cette lecture très confiante, pressée de découvrir le fameux gentleman Darcy dont beaucoup de bloggeuses semblent amoureuses (interprété, entre autres, par mon forever lover Colin Firth dans l’adaptation de Simon Langton) !

Que l’on soit clairs : je n’ai aucune critique négative à faire sur ce livre. C’est un classique indétrônable que je n’ai pas eu la joie d’apprécier, mais les raisons à cela ne remettent en aucun cas en cause le succès ni la qualité de cette oeuvre.

Et c’est bien de cela que je vous parle : un échec de lecture, d’autant plus difficile à accepter lorsqu’il s’agit d’un livre que tout le monde, même les plus jeunes, est arrivé à lire. Car la raison pour laquelle je ne suis pas parvenue au bout de ma lecture est mon incapacité à me faire à la plume gracile de Jane Austen. Je me suis sincèrement crue idiote, mais je butais sur les phrases, les dialogues. Pourquoi ? Car ils étaient tournés « à l’ancienne », et mon cerveau ne parvenait pas à absorber les mots, à se laisser aller, à emmagasiner les phrases comme je l’ai fait sur tous les livres dont je vous ai parlé sur ce blog.

« Attends, si ici il y a un « ne », donc une négation, ça veut dire que […]. Donc finalement, Darcy pense que […]. Oui mais la réponse de Elizabeth semble dire que[…] ». Ma lecture a été ponctuée de plusieurs réflexions de ce genre à chaque page. J’avais un petit peu l’impression d’être revenue au lycée, en cours de français, pour une étude de texte, lorsque notre professeur nous faisait la liste des figures de style présentes dans le texte et des sous-entendus de l’auteur alors que nous, nous ne voyions que la scène de quelqu’un qui ouvre une porte.

J’en ai parlé à mes amies bloggeuses, et l’une d’entre elles m’a dit « Mais Marion, c’est Jane Austen ! Elle est géniale, il faut que tu persévères, moi j’ai adoré ». Je ne dis pas le contraire, c’est juste que je ne me suis pas faite au style. Les phrases étaient un peu trop alambiquées pour moi.

Le voilà, mon échec de lecture. Abandonner un livre est une chose. Mais abandonner un livre parce qu’on ne comprend pas les phrases qui sont juste un petit peu plus complexes que ce qu’on a l’habitude de lire, alors que les autres n’ont eu aucun souci, cela créé une honte. Car oui, aujourd’hui, je me confie à vous, j’ai honte de cette échec, de cette lecture laissée de côté pour un souci… d’intelligence ? Impossible pour moi de me plonger dans ma lecture, et dans l’univers de Jane Austen. Impossible de m’imprégner des mots et de m’abandonner au récit. Je comprenais pourtant les dialogues, les situations. Mais avec trop de lenteur pour vraiment en profiter.

Si je vous fais cet article, c’est d’une part pour me livrer. Nous, vous, moi, la blogosphère formons une communauté de lecteurs très soudés, à l’écoute des uns des autres dès qu’il s’agit de souci de lecture. On se conseille, on se motive, on se lance des défis, des challenges.

Je sais que je ne suis pas seule à avoir ce genre de ressenti pour une lecture, et nous sommes très peu à vouloir en parler, l’assumer, l’avouer.  Cet article est donc là pour montrer à ces lecteurs que vous n’êtes pas seuls à échouer dans une lecture, et qu’il y aura forcément d’autres livres que vous parviendrez à achever où d’autres n’y arriveront pas.

Bon, je n’ai pas encore fait le deuil de cette lecture, et j’évite au maximum de repenser à ce livre. Pourtant, j’ai adoré beaucoup de classiques de la littérature : Gustave Flaubert, l’Abbé Prévost, Guy de Maupassant, Voltaire…

Faites-moi donc part de vos échecs de lecture dans les commentaires. Mettons les choses à plat, à bas les masques, et assumons nos échecs ! 🙂

Publicités

17 réflexions sur “Gérer un échec de lecture, « Orgueil et Préjugés » de Jane Austen

  1. Excellente article !

    En ce qui me concerne, j’ai abandonné Maybe Someday et c’est ma plus grosse honte…Pratiquement tout le monde adore ce livre mais dès le début, je n’ai pas accroché. Ce roman m’a complètement énervée ! Mais je n’ai rien à reprocher au style d’écriture de Colleen Hoover dont je suis fan, c’est juste le sujet qui me touche beaucoup (trop).

    Orgueil et préjugé m’attend bien sagement chez mes parents, je pense le lire cet été et j’avoue que j’ai peur…Ca fait un long moment que je n’ai pas lu un classique donc j’espère accrocher :3 A voir !

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai du mal à appeler ça un échec. Ne pas aimer ce que les autres aiment n’est pas un échec mais juste preuve que tous les goûts sont dans la nature. Appelez cela « échec » c’est te flageller :p Non mais. Dire qu’on est passé à côté ou qu’on a pas su apprécier, c’est plus doux non ?
    Car ce que je veux te dire c’est que c’est pas parce qu’on aime pas un livre qu’on a échoué. Juste qu’il n’était pas celui qu’il nous fallait ou peut être pas au bon moment. Juste aussi peut être qu’il y a des livres qui, malgré leur énorme popularité, ne marcheront jamais avec certaines personnes et c’est bien normal 🙂
    Avant j’avais BEAUCOUP de scrupules à abandonner un livre et même encore c’est rare que je le fasse car je veux pouvoir juger dans son entier. MAIS désormais si vraiment ça passe pas bah tant pis, y’a tellement plein d’autres trésors à lire, qu’ils soient encensés par les critiques ou non 🙂

    J'aime

  3. Il s’agit de mon livre chouchou, que je relis au moins une fois par an. Je comprends que tu n’aies pas fini ta lecture et surtout je ne crois pas que ce soit par un souci d’intelligence. Je pense que le style ne t’as peut être pas parlé, ça ne veut pas dire que tu n’as pas la capacité intellectuelle de lire ce livre. Moi je n’ai jamais pu lire Balzac et je n’aime pas Flaubert. Je pense qu’il n’y a aucune honte à ne pas finir un livre apprécié de tous. Tu n’as pas accroché au style et ça arrive souvent ! Je n’ai pas fini la 5e vague car je me suis ennuyée, alors que tout le monde a adoré ! Je n’y arrivais pas, je n’accrochais pas au livre. Pour autant, je ne m’en veux pas, j’ai peut-être eu honte au début mais plus maintenant. C’est comme ça, on ne peut pas tout apprécier, alors ne t’en veux pas et ne te blâme pas. Ce qu’il faut se dire c’est que ça arrive et que ce n’est pas grave, on passe à autre chose. L’essentiel est de continuer à lire et à partager notre amour de la lecture 😊

    Aimé par 2 people

  4. Pour moi non plus ce n’est pas un échec, tu n’as pas accroché, et ben tant pis !! Je ne l’ai jamais lu, et sincéremement je n’en ai même pas l’intention! Car j’ai du mal avec les « classiques » surtout avec des phrases très complexes. Je lis pour me détendre, pas pour me torturer le cerveau à essayer de déchiffrer une phrase ^^ Si je l’avais lu au lycée, pourquoi pas, avec les explications de texte, il aurait sûrement pris tout son sens 😉

    Aimé par 1 personne

  5. Si tu parles d’échec, c’est que tu es sévère avec toi-même. Je note aussi le mot « honte », « intelligence » et la remise en question. Je ne suis pas d’accord avec tes propos.
    Une lecture n’est jamais un échec… déjà tu as mesuré l’ambiance, le lexique, la grammaire, le style… Après, tout ceci te convient ou pas ! On ne peut pas forcer quelqu’un à se conformer à ce que les autres pensent, à ce que les autres attendent ! NON !

    Le livre est comme une oeuvre d’art… Il faut avoir les clés pour l’observer et la comprendre. Parfois, ils sont acquis. Parfois, ils nous manquent… d’où les études littéraires, les commentaires et les explications de textes…

    La lecture est aussi personnelle… Pas de honte à lire et à ne pas lire ! Pas d’intelligence particulière pour un lecteur qui lit tel ou tel auteur ! Non… Juste doit rester le plaisir de lire, de se trouver et de découvrir. Tant pis pour Jane Austen si elle n’a pas su te captiver ! Elle a perdu une lectrice et pas la moins intéressante !

    J’ai ouvert et lu les premiers paragraphes d’Orgueil et préjugés de nombreuses fois avant de vraiment me lancer dans ce roman… L’écriture me déroutait, ce style un peu ancien… Et puis, un jour, je me suis sentie prête et motivée pour franchir les barrières.

    J’ai vécu une expérience un peu similaire (« un échec ») avec Ken Follett… Comment ne pas se laisser charmer par les piliers de la terre alors que tout le monde est envoûté ? Comment était-ce possible ? J’ai remodelé multiples fois ma chronique pour me justifier de ne pas apprécier… pour ne heurter personne…
    Après coup, quelle honte à affirmer nos goûts et nos préférences ?

    Les livres, je pense, sont des expériences… Ils entrent dans nos vies à un moment (propice ou défavorable)… Ils nous touchent… Ils nous questionnent… et quelques uns ne nous laissent aucune trace, aucun ressenti… Peut-être plus tard… Peut-être jamais… Question de rencontre…

    J’aime bien lire des articles vrais comme le tien. J’aime cette vérité et ce questionnement. J’ai pris plaisir à te lire et à te répondre. J’espère ne pas te conforter dans ce sentiment d’échec. J’espère t’apporter un petit plus dans ta réflexion…
    A très bientôt pour d’autres lectures et d’autres chroniques.
    Bien amicalement.

    Aimé par 1 personne

  6. Bonjour Plume !
    Je découvre tout juste ton blog par l’intermédiaire de Twitter. Et j’aime déjà ce que j’y trouve !

    Un manque d’intelligence ?? Je t’arrête tout de suite !! Tu as le droit de ne pas te sentir à l’aise avec un auteur !
    A la fac, une copine détestait Proust qu’on était en train d’étudier, moi j’adorais ! Et alors ?
    Je ne parviens pas à « rentrer » dans un Yann Moix que je trouve franchement guindé, et alors ?
    Je n’arrive pas à lire Terry Pratchett que beaucoup de monde semble adorer, et alors ?
    Pareil avec La conjuration des imbéciles de Toole que j’ai trouvé d’une longueur platonique et injustifiée alors que l’on me l’avait – très – chaudement recommandé …

    Je vis de mieux en mieux mes échecs de lecture, je me dis qu’il y a tellement de choses à découvrir !
    Si la rencontre ne se fait pas avec un auteur alors ce n’est pas très grave, ça ne m’empêche pas cependant d’en parler et de dire pourquoi il ne me plait pas ; ceci dit je ne suis pas sûre d’atteindre le niveau d’analyse de ton article ci-dessus que je trouve franchement pertinent et intelligent pour le coup !

    Je te souhaite de très très belles lectures !!!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire ! Ton point de vue semble très libéré, détaché. Tu as de la chance de parvenir à prendre autant de recul sur tes échecs de lecture !
      Je voudrais juste m’assurer, de par les lectures, que je ne suis pas une lectrice qui se cantonne aux livres young adultes et adolescents, le monde de la lecture est bien trop vaste. J’attends donc la lecture de mon prochain classique pour voir ce qu’il en est. Il y a des chances pour que ce soit « L’étranger » de Camus.
      J’espère te revoir vite sur mon blog, et t’inspirer de nouvelles lectures !

      J'aime

      1. Je pense que L’étranger est un bon choix !
        Si tu as déjà lu Flaubert, Maupassant, je pense que tu n’as aucun soucis à te faire.
        Sinon, Victor Hugo est sympa aussi, L’homme qui rit par exemple.
        J’aime bien Jules Verne aussi, Le tour du monde en 80 jours est une valeur sûre.

        Ceci dit, j’ai très longtemps culpabilisé de ne pas finir un livre – et ça m’arrive encore aujourd’hui – mais de moins en moins, j’y travaille et au fil du temps, je le vis de mieux en mieux.

        A bientôt,
        Adeux

        J'aime

  7. Bonjour Plume de Soie,

    tout d’abord je me permets de te corriger car Jane Austen écrit au XIXème siècle et surtout pas au XVIIème siècle.

    Il est certain que son écriture très classique peut être considérée comme ardue. Ainsi, j’ai dévoré « Jane Eyre » de Charlotte Brontë il y a des années : j’ai voulu le relire il y a peu, mais j’ai alors coincé sur la complexité des tournures. Comme quoi, le temps peut vraiment changer les choses…

    Et, afin de te rassurer, je te confie cette expérience : j’ai voulu lire « Madame Bovary » à 17 ans. Impossible, je n’y comprenais rien, je n’accrochais pas du tout. Mais alors, pas du tout ! J’ai laissé le roman de côté, pour le reprendre à 20 ans : et alors ce fut une révélation. Je l’ai dévoré en quelques jours.

    Je pense donc que l’on a des « périodes », et qu’il ne faut pas avoir honte de laisser un livre de côté. Cela permet de mieux le reprendre après. Et heureusement, les goûts littéraires sont subjectifs : alors tu n’as pas à rougir.

    Bonne continuation livresque !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ta correction. Je pensais qu’elle était du XVIIIeme (et non du XVIIeme comme je l’ai maladroitement écrit, faut de frappe oblige). Et après réflexion, il est évident au vu des paysages, maisons et tenues que cela se passe au XIX ème siècle, vu que c’est un roman contemporain. Je vais corriger ça de suite !

      J’espère avoir la même révélation que tu as eue pour Madame Bovary lorsque je reprendrai le livre dans quelques années !

      Je te souhaite de bonnes lectures !

      Aimé par 1 personne

  8. Et oui, il y a des lectures dont on s’attend à se faire une fête… et finalement on en a pas le goût.

    ça m’a fait le coup avec Hemingway. Cet auteur célébré, acclamé et adoré pour sa verve virile et ses situations dignes de romans d’aventures en mieux écrit (parait-il) m’a suprêmement ennuyé. Le livre m’est tombé des mains.

    Et au contraire, Guerre et Paix, que j’avais commencé comme une plaisanterie (c’est un énorme pavé) et que je m’attendais à abandonner à la page 30, je l’ai totalement dévoré. C’est très vivant et très bien écrit… enfin tout ce que j’attendais d’Hemingway…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s