« Coeur Mandarine » de Cathy Cassidy – Un mauvais message ?

Je viens tout juste de terminer ce troisième tome des Filles Au Chocolat de Cathy Cassidy et j’avais besoin de prendre immédiatement la plume (ou plutôt le clavier) pour vous parler de mon ressenti sur Summer et le sujet abordé ici.

"Coeur Mandarine" de Cathy CassidySummer, 13 ans, voit son rêve d’être danseuse devenir réalité : elle est sélectionnée pour les examens d’entrée dans une prestigieuse école de danse ! La pression monte, elle doit absolument réussir son audition.

Et ni sa grand-mère, aux commandes de la famille pendant que Paddy et sa mère sont en lune de miel, sa jumelle ou sa grande sœur Honey, en pleine crise d’ado, ne se rendent compte que Summer est envahie par le stress.

 

Mon avis

Si les deux premiers tomes ont été un coup de cœur pour moi, celui-ci n’a pas rempli les critères pour rejoindre cette catégorie sur mon blog. Et si j’ai moins apprécié ce volet, ce n’est en rien à cause de Cathy Cassidy.

Sa plume reste fidèle à elle-même, fluide et facile à lire, elle a décidé d’aborder dans ce tome un sujet plus profond, plus sérieux qui touche beaucoup d’adolescentes : l’anorexie.

Summer rêve de devenir ballerine professionnelle. La danse, c’est sa vie. Mais une danseuse étoile c’est gracieux, filiforme et mince… très mince. Summer se trouve grosse, boudinée. Elle doit à tout prix réussir cette audition et va donc arrêter de manger. Je n’ai pas du tout aimé son personnage. Plaintive, narcissique, pessimiste, orgeuilleuse avec une très forte tendance à se placer en victime à la moindre occasion, ce genre de caractère, tant en personnage fictif qu’en personne réelle, m’horripile au plus haut point.

Summer s’éloigne de sa famille, de ses amis, ne s’accorde aucun temps mort sur son entraînement, méprise les fêtes données par ses sœurs et les sucreries mangées par Jodie, son amie danseuse qui assume ses formes. Et pour autant, elle se fâche que son entourage ne lui accorde pas plus d’attention. Elle repousse continuellement Tommy, ce garçon de son collège fou amoureux d’elle qui lui a offert, en secret, cette si jolie barrette qu’elle porte tous les jours, et qui se montre toujours présent et encourageant.

Le message véhiculé ici m’a pas mal dérangée. Les précédents tomes transmettaient des messages bien plus positifs. Pour Coeur Cerise, le personnage de la petit Cherry nous encourage à rester fidèle à nous-mêmes, à avoir confiance en notre entourage, et nous convainc que, peu importe notre caractère, il y a toujours une place pour nous, quelque part. Pour Cœur Guimauve, la petite Skye était la preuve vivant que avions le droit, que nous devions assumer notre excentricité, notre originalité, et que c’était cela qui nous rendait si précieux et unique.

Honnêtement, l’intrigue ne tourne pas tant autour des ambitions de Summer, mais plutôt autour de son mal-être de sa mauvaise gestion du stress et de son anorexie, un sujet qui est important pour toute adolescente. C’est une leçon de vie, il est vrai. Mais en me mettant à la place d’une adolescente de 13 ans, un peu paumée et victime de mon stress, je trouve que cette leçon n’est pas donnée de la bonne manière.

Summer devient une peste renfermée sur elle même, narcissique, persuadée que tout le monde est jaloux d’elle, de sa réussite. Après tout, elle a quand même reçu de son collège le prix de « la fille qui a le plus de chances de réussir », par rapport aux autres élèves qui reçoivent seulement les prix du regard le plus espiègle, des cheveux les plus fous ou des plus mauvaises blagues. Quel collège décerne ce genre de prix ?

Dès le début, on voit une grosse inégalité qui prône dans toute l’intrigue, et qui met continuellement Summer en haut du piédestal. On ne peut pas dire qu’elle prenne la grosse tête, mais elle subit son stress. Elle va plonger dans ce piège qu’est l’anorexie, et s’y noyer petit à petit, enchaînant les mauvais choix.

Tandis qu’elle s’est considérablement amaigrie et qu’elle se change avec Jodie dans les vestiaires, elle surprend un drôle d’air sur le visage de son amie. Jodie s’inquiète vraiment pour elle.

Elle paraît choquée, mais j’ai compris son petit manège. Elle essaie juste de me décourager. Elle voit bien que j’ai perdu du poids, et elle se sent menacée. Evidemment : si Sylvie Rochelle doit choisir entre une fille ronde et une fille mince, elle prendra la deuxième.

 

Je repère Finn qui tient Skye par les épaules […] Je suis heureuse pour Skye, Finn est très sympa, mais j’aurais préféré qu’il évite d’éloigner ma sœur de moi au moment où j’ai le plus besoin d’elle.

 

-Summer ? m’appelle Jodie.

Je ne réponds pas. Je n’aurais jamais cru qu’on se fâcherait un jour. Mais je n’y peux rien si elle est jalouse de moi.

Ou encore, tandis que Jodie, inquiète, lui apporte un milk-shake pour qu’elle reprenne des  forces :

Elle se fiche de moi ou quoi ? En la voyant là avec son sourire idiot, je me demande comment nous avons pu être amies. J’attrape mon sac de danse et je sors du café en claquant la porte, sans me retourner.

Je trouve que c’est une très mauvaise façon d’aborder le sujet du stress et de l’anorexie, surtout dans un livre jeunesse destinée à des adolescentes et pré-adolescentes. Summer prend davantage part au problème qu’à la solution, et son rêve va vite tourner à l’obsession. Elle peut avoir une mauvaise influence sur une lectrice jeune qui se trouve dans cette même situation.

Heureusement, l’intrigue se termine sur un beau message, mais cela ne suffit pas, du moins pas à mon sens.

Malgré tout, j’ai apprécié ma lecture. Comme chaque livre de la saga des Filles Au Chocolat, je l’ai dévoré en quelques heures de lecture seulement. Je l’ai trouvé bon, simplement pas adapté au public qu’il vise.

Désolée pour cette chronique à rallonge et ces citations, mais je trouve que le sujet est trop intéressant et complexe pour n’y accorder qu’un article ordinaire.

Avis à ceux qui ont découvert Summer également, faites-moi part de votre ressenti sur son caractère, sa vie, et le message véhiculé ici par Cathy Cassidy.

Ma note Livraddict : 15/20

Publicités

3 réflexions sur “« Coeur Mandarine » de Cathy Cassidy – Un mauvais message ?

  1. Ah, je comprends ce que tu veux dire sur le message qui passe de la mauvaise manière… je vois ce qui t’a dérangée dans l’histoire de Summer ; et pourtant, je ne l’ai pas forcément ressenti aussi négativement (ce en le lisant vers l’âge de 15 ans, puis tout récemment, alors peut-être ne suis-je pas assez proche de la tranche d’âge que tu évoques ?). Effectivement, Summer est un personnage bien différent des précédents, et elle est abordée d’une façon particulière, c’est un peu « l’anorexie vue de l’intérieur » et c’est sûr que c’est plus dur… mais j’ai apprécié le « réalisme » (je mets des guillemets parce que je ne peux pas dire que je connaisse ce sujet, mais ça me semble crédible à la lecture) du traitement, et j’ai plus vu ça comme une bonne leçon de vie, comme tu le dis à un moment, que comme une mauvaise influence… surtout qu’en ayant lu les autres tomes, on se rend tout de suite compte en lisant celui-ci que Summer est sur la mauvaise pente, que c’est elle qui a « tort »… je trouvais justement ça judicieux de donner le point de vue de Summer elle-même sur cette maladie, tout en permettant clairement de voir que ce n’est pas sain en montrant son entourage… De toute évidence, tu n’as pas eu la même impression mais j’espère que tu apprécieras la suite de la série quand même ♥ Et merci d’avoir partagé ton avis dans un article si détaillé, c’est fort appréciable !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s