« Le Nom du Vent » de Patrick Rothfuss – Une pause s’impose

Ce livre faisait partie de mon alivrersaire de cette année, et c’était sans aucun doute celui pour lequel j’étais le plus emballée. On est toujours content quand on nous offre un Bragelonne ! 🙂

Je m’attendais à une aventure épique, à de la magie dans tous les coins de pages, comme dans un roman de Trudi Canavan. Eh non.

"Le Nom du Vent" de Patrick RothfussJ’ai libéré des princesses. J’ai incendié la ville de Trebon. J’ai suivi les pistes au clair de lune que personne n’ose évoquer durant le jour. J’ai conversé avec les dieux, aimé des femmes et écrit des chansons qui font pleurer les ménestrels.
J’ai été exclu de l’Université à un âge où l’on est encore trop jeune pour y entrer. J’y étais allé pour apprendre la magie, celle dont on parle dans les histoires. Je voulais apprendre le nom du vent.
Mon nom est Kvothe.
Vous avez dû entendre parler de moi.

Un homme prêt à mourir raconte sa propre vie, celle du plus grand magicien de tous les temps. Son enfance, dans une troupe de comédiens ambulants, ses années de misère dans une ville rongée par le crime, avant son entrée, à force de courage et d’audace, dans une prestigieuse école de magie où l’attendent de terribles dangers et de fabuleux secrets…
Découvrez l’extraordinaire destin de Kvothe : magicien de génie, voleur accompli, musicien d’exception… infâme assassin.
Découvrez la vérité qui a créé la légende.

 

Mon Avis

Bon, maintenant que je relis la quatrième de couverture, le doute n’est pas vraiment possible. Le résumé est clair, et je devais m’attendre à ce que j’ai lu. Et pourtant non, j’espérais autre chose. De l’épique. A croire qu’il viendra dans les tomes suivants, car ce premier volume n’est autre qu’une biographie. Une biographie qui, selon moi, aurait été plus pertinente tournée en préquelle de la saga des Chroniques du Tueur de Roi. Mais on s’adapte.

Je me suis dit « pourquoi pas ». Kvothe est un personnage coup de poing, coup de gueule. Il en a, il en veut, on croise rarement des (jeunes) hommes de cette trempe dans nos pages. Une enfance heureuse, une initiation à la magie qui se passe mal… Une vengeance mortelle qui se prépare, une lutte pour la survie dans la violence, la pauvreté, la faim, le froid, une inscription culottée à l’université de magie, et la révélation d’un talent considérable. Toutes ces étapes ont si bien démarré que je sentais venir un coup de cœur.Un cocktail bien sympathique. Le rythme était soutenu, on n’avait pas l’impression de stagner trop longtemps sur chaque étape de la vie de Kvothe. Mais si Patrick Rothfuss écrit cette histoire avec une plume bouleversante de détails qui nous laisse penser que tout est déjà dans sa tête, l’histoire commence à traîner un petit peu en longueur au bout de quelques centaines de pages, surtout lors du passage de Kvothe passage à l’université.

La vengeance est un plat qui se mange froid, certes, mais là on se demande même si on va y goûter un jour, à sa vengeance de Kvothe !

Beaucoup de gens aiment se plonger littéralement dans un univers. Tolkien, Aasimov, Tolstoï, ou même les plus grands classiques de la littérature, certains aiment se laisser envelopper par ces univers, quitte à passer par des pages et des pages de description. Moi, au delà d’un certain stade, je n’y arrive pas. Je suis une grande fan de l’univers du Seigneur des Anneaux (merci Môsieur Peter Jackson d’ailleurs…), mais malgré plusieurs tentatives, je ne suis jamais parvenue à sortir de la Comté durant ma lecture du premier tome.

Pour en revenir au « Nom du Vent », ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, je pense qu’il s’agit là d’un excellent roman, et d’une saga plus que prometteuse. Si vous cherchez un univers magique bouleversant, où l’auteur s’est incroyablement impliqué pour nous peindre un décor digne de ces toiles où vous remarquez un nouveau petit détail à chaque coup d’œil, vous ne pourrez que vous délecter de ces 650 pages. Si en revanche vous préférez les récits où l’intrigue est immédiatement posée et où le rythme très soutenu est ponctué d’action et de suspens, passez votre chemin. Patrick Rothfuss travaille ici davantage sur le fond que sur la forme.

Cela fait plusieurs semaines que j’ai mis ma lecture en pause, et avec le Cold Winter Challenge et mes nouvelles envies de lecture, je me suis dit qu’il était mieux que je vous écrive mon avis maintenant. J’ai conscience que je tenais là entre mes mains un bijou de richesse, mais je pense que ce n’était pas ce que je cherchais sur le moment.

Il ne s’agit donc pas d’un abandon. Tout comme pour le second tome de « Ça » de Stephen King, je pense appliquer à ce livre un rythme de lecture en grignotage. Je ne désespère pas d’arriver au bout de ce pavé, mais le plus important est de ne surtout pas se forcer.

N’hésitez pas à me faire part de votre lecture du « Nom du Vent« , ou à me dire s’il est déjà dans votre wishlist ou votre PAL ! 🙂

Publicités

Une réflexion sur “« Le Nom du Vent » de Patrick Rothfuss – Une pause s’impose

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s