« Contes des Royaumes T1 – Poison » de Sarah Pinborough – Quand le conte devient trash

J’ai entendu parler de ce livre pour la première fois il y a près d’un an, par Margaud Liseuse, lorsque j’ai découvert sa chaîne YouTube.

Je l’avais immédiatement ajouté à ma wishlist, plus dans l’optique de suivre les lectures de Margaud pour me remettre à la lecture que parce que la quatrième de couverture me plaisait.

Il y a peu, Bragelonne a lancé la #PetiteOP. Même principe que la #GrosseOP, des livres Milady et Bragelonne en format numérique à 0,99€, et  le premier tome des « Contes de Royaumes » de Sarah Pinborough était disponible; j’ai sauté sur l’occasion.

Je l’ai dévoré en 24h.

"Contes des Royaumes T1 - Poison" de Sarah PinboroughBlanche-Neige, le conte de fées revisité : cruel, savoureux et tout en séduction.
Rappelez-vous l’innocente et belle princesse, la méchante reine impardonnable, le valeureux prince, la pomme empoisonnée et le baiser d’amour sincère…
… et à présent ouvrez ce livre et plongez dans la véritable histoire de Blanche-Neige, telle qu’elle n’a jamais été révélée …

 

Mon avis

Hum… D’ordinaire j’aime bien remanier un peu le résumé pour mettre en avant ce qui fait vraiment le charme du livre. Là, je ne trouve rien d’autre à dire. « Plongez dans la véritable histoire de Blanche-Neige, telle qu’elle n’a jamais été révélée », oui, on est dans le thème. Si on nous avait lu cette version étant gamins, notre génération aurait été remplie de sociopathes obsédés.

Bien ! Rentrons dans le cœur du sujet. Blanche-Neige, princesse parfaite s’il en est, est aussi une femme rayonnante, joyeuse, débrouillarde, brute de décoffrage et indépendante. Elle ne perd pas son temps à chanter avec les oiseaux et à espérer qu’un jour, son prince viendra, elle monte à cheval comme un homme, boit comme un homme, danse, chante et attend éventuellement que le grand amour se présente un jour, mais vit très bien sans. Un petit côté princesse traditionnelle de contes que nous connaissons tous, mais aussi une partie « princesse des temps modernes » qui jure déjà pas mal avec le cadre que je m’étais imaginé.

Nous avons aussi la reine, de quatre ans seulement l’aînée de Blanche-Neige, personnage complexe mariée contre sa volonté au roi, belle à en mourir qui semble lutter contre sa nature méchante et qui tente de s’en sortir comme elle peut avec cette haine brûlante qu’elle voue à sa belle-fille.

« Mariée contre son gré, Lilith n’avait choisi ni son époux, ni le pays dans lequel elle vivait désormais, mais elle tâchait de faire avec et d’en tirer le meilleur parti. Sa vie aurait pu être pire. »

Laissez tomber le manichéisme à la Disney. La reine Lilith ne rentre pas du tout dans ce schéma de la méchante belle-mère cruelle et maléfique. Elle hait Blanche-Neige, bien-sûr, elle en est jalouse à en mourir, mais ne pense pas tout de suite à une solution radicale, et s’en veut parfois même des châtiments et punitions qu’elle lui fait subir. Elle se questionne sur elle-même, elle est rongée par sa nature et cette magie noire qui coule dans ses veines.

Suis-je toujours cette incomparable beauté venue du nord, ou bien simplement une harpie ?

Les serpents noirs dans l’âme de Lilith se tortillèrent. Et pourquoi donc ? Parce que je n’ai pas son charme ? Sa beauté ? Parce que le poison est en moi ?

Qu’ai-je fait ? La vision des marques sur le dos de Blanche-Neige la hantait. Elle était allée trop loin. Comment pouvait-elle faire machine arrière ? Comment pouvait-elle améliorer la situation ? C’était une chose d’être crainte, mais c’en était une autre que le château tout entier soit convaincu qu’elle avait tenté d’assassiner la princesse.

Et puis, un jour, c’est le pas de trop. Influencée par sa grand-mère, sorcière du conte Hansel & Gretel que nous connaissons bien, la reine bascule. Malgré tout, je m’étais beaucoup attachée à elle, à son esprit torturé. J’étais touchée.

L’histoire, relativement courte, est écrite comme un conte. Rapide, avec une ligne narrative simplifiée, mais qui alterne tout de même des passages érotiques assez osés et surtout une fin des plus glauques.

Saviez-vous que dans le dessin animé Disney, une théorie des plus plausibles affirme que le prince venant réveiller la belle n’est autre qu’une allégorie de la Mort, qui l’emmène avec elle dans son palais doré dans les cieux, c’est à dire le paradis ? Allégorie ou pas, ici, le prince est totalement différent de ce que nous avons l’habitude de lire.

Alors, peut-être que c’est ma première réécriture de conte, que je m’emballe, que c’est justement le but de bousculer ces codes, de rentrer dans le trash. Mais je ne m’y attendais pas du tout. Et le prince non plus ! Comme un témoin extérieur, encore ancré dans le monde à la Disney qui a fait notre enfance, il ne comprend pas cette princesse qui n’est ni fragile, ni soumise, ni encline à chanter avec les animaux de la forêt, ni particulièrement délicate bien que belle à s’en damner. Non mais enfin, c’est lui le prince ! L’homme ! La part de virilité de cette histoire ! Et ce qu’il va faire pour rétablir cette vérité est inconcevable…

Oubliez les royaumes où le manichéisme est maître, oubliez l’image des princesses pures et innocentes et faites une petite place de bienvenue au sexe dans les contes, aux esprits torturés et au glauque.

Le style de Sarah Pinborough m’a énormément plu. Fluide, simple, essayez de le lire en diagonal, vous imprimerez tout de même tous les mots dans votre tête. Elle se lit très rapidement.

Je ne range pas ce premier tome dans les coups de cœur, car je trouve qu’il y a tout de même un moment de latence frustrant entre le basculement de la Reine du côté obscur et le dénouement du destin de Blanche-Neige, mais il n’en est pas passé loin !

Je vous encourage vraiment à le lire, il ne fait que 222 pages et peut se lire en une après-midi facilement, au coin du feu. Attention à votre innocence perdue !

Livraddict : 18/20

Babelio : 4/5

 

Publicités

9 réflexions sur “« Contes des Royaumes T1 – Poison » de Sarah Pinborough – Quand le conte devient trash

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s