« L’extinction des cougars » de Françoise Le Mer

Oui, je suis toujours vivante. Je tiens avant tout à m’excuser auprès de ceux qui me suivent de cette absence, de ce manque d’activité. Je suis dans une petite panne de lecture, je lis beaucoup moins rapidement qu’en temps normal et ai donc du mal à vous présenter du contenu pertinent. Mais la motivation finit toujours pas revenir !

Le mois dernier avait lieu un nouvel épisode de la Masse Critique de Babélio. J’avais tout de même été relativement déçue par les livres proposés, mais certains avaient su attiser ma curiosité. « L’extinction des cougars » de Françoise Le Mer en faisait partie. Je n’ai pas été avertie de mon tirage au sort, c’est donc avec une totale surprise que j’ai découvert ce livre dans ma boîte aux lettres. Merci Babelio !

Je lis très peu de polars, alors j’étais véritablement ravie d’en découvrir un nouveau !

"L'extinction des cougars" de Françoise Le MerNathalie Nicette, professeur de Lettres Classiques à Quimper, est une femme de quarante-sept ans, apparemment sans histoires. Veuve depuis trois années, elle vit seule, recevant de temps à autre la visite de ses deux grands enfants.
Son existence, douillette mais morne, va basculer le jour où, par hasard, elle retrouve Crista, sa meilleure amie de lycée. Tout semble les séparer. Crista est délurée, joyeuse et décomplexée. Elle va entraîner une Nathalie étonnée par sa liberté de penser dans le monde festif de la nuit et l’initier aux réseaux sociaux.
Mais dans l’ombre sévit un prédateur, déterminé à parvenir à ses fins, quitte au passage à se débarrasser de quelques victimes collatérales…
Pourquoi la sage Nathalie intéresse-t-elle autant cette bête tapie, qui peut changer de profil autant qu’elle le veut ?

 

Mon avis

L’utilisation des réseaux sociaux dans un livre a toujours été un concept qui a su susciter mon intérêt, tant c’est un support ancré dans notre vie de tous les jours. Note à moi même, lire « Addict » pour bientôt…

J’ai terminé ce livre il y a maintenant près d’un mois. Si j’ai mis autant de temps à vos en sortir la chronique c’est que… punaise je ne sais pas quoi vous dire sur ce livre sans vous spoiler ou vous gâcher le plaisir de la découverte de l’intrigue. Car la chose la plus pertinente que j’ai à vous raconter dessus est… le dénouement final. Pas très pratique pour un polar, n’est-ce pas ?

Je suis une totale néophyte dans ce genre. Je connais très mal les codes d’écritures de livres policiers, donc j’ai un peu débarqué dans ce genre, comme un lecteur avéré de la Pléiade débarquerait en Terre du Milieu. J’ai placé toute ma confiance dans l’auteure et me suis laissée guider.

Tout démarre le jour où Nathalie Nicette, notre héroïne, retrouve par hasard sa vieille amie de lycée, Crista. Sa vie et sa bulle sociales vont considérablement exploser. Nous allons suivre ses nouvelles rencontres, ses discussions sur Fakesbox (je vous laisser deviner de quel célèbre réseau il en est la copie… faites attention, c’est subtil), et surtout ses sorties.

Mais voilà… On se rend vite compte qu’une âme perturbée traque Nathalie. Un malade la piste, la suit, l’espionne lorsqu’elle sort, avec ses amis, seule…

Il s’est alors installé dans ma lecture une niche, un schéma que j’aime particulièrement depuis ma lecture des « Dix Petits Nègres » de Agatha Christie. Une partie de Cluedo où vous assistez à la vie de plein de personnages comme à une partie de Sims, et parmi lesquels vous savez que se cache le coupable. Au fil de votre lecture, vous faites votre propre enquête. Vous vous doutez, de toute manière, que les policiers utilisés pour vous aider à suivre l’enquête, vont se planter, qu’il va y avoir un twist de fin. Du moins vous l’espérez. Du moins je l’ai espéré…

Car oui, j’y ai cru à cette partie de Cluedo, j’ai même mis mon pion sur le plateau. A chaque nouveau meurtre, nouveau chapitre, je me faisais ma propre hypothèse sur l’identité du coupable que l’auteure semblait prendre plaisir à détruire à chaque nouveau retournement de situation ! ^^ Passionnant, c’est ce qu’on aime ! Qu’on nous mène en bateau.

Plus vous tournez les pages de ce livre, plus l’étau se resserre et moins vous savez où vous en êtes. Vous voulez savoir qui est le tueur, parmi toutes les personnes faisant partie de l’entourage de Nathalie… jusqu’à la révélation finale.

Non, je ne vous spoilerai rien. Sachez juste que vous aurez beau accuser qui vous voudrez, vous tomberez à côté. Votre lecture de ces 250 pages se termine par une traque haletante qui vous empêchera de reposer le livre avant de tout savoir… une traque haletante qui s’achève sur la révélation du coupable (à laquelle vous ne vous attendrez pas du tout… impossible d’ailleurs) et un monologue expliquant la motivation du meurtrier et des faits passés datant de plusieurs décennies. Voilà. Le livre se termine sur une carte joker constituée de seulement quelques pages.

J’ai beaucoup aimé ma lecture jusqu’à ce moment. C’est comme si, sur le point de regarder les trois cartes du coupable dans votre partie de Cluedo, le joueur qui avait mis en place le plateau vous disait « J’ai oublié de mettre une carte dans le jeu ». Vous êtes déçu. C’est un petit peu ce que j’ai ressenti à la fin de ma lecture. J’avais mené mon enquête au sein de cette niche de personnages et de coupables potentiels mis en place par Françoise Le Mer, et l’étau se resserrant, j’avais hâte de savoir lequel de ces personnages, tous très bien développés et parfaitement exploités au passage, cachait l’esprit malade dont l’auteure nous dresse le portrait sous forme de pensées à la première personne dans certains des chapitres. L’auteure nous surprend en nous mettant sous le nez une carte que nous ne pouvions pas voir venir, et justifie son geste par un monologue téléphoné dans l’épilogue. Et hop, fin du livre. J’ai trouvé ça beaucoup trop facile, et ai été déçue.

Il est possible que ce soit un code d’écriture récurrent dans les polars et donc qu’en bonne néophyte, je n’aie pas su apprécié de twist de fin à sa juste valeur. Il n’empêche que ce livre est un véritable page turner que je ne peux que vous encourager à découvrir.

Je remercie Babelio pour cet envoi ! 

Ma note : 4/5

Découvrez la fiche Babelio

Babelio

______

Ma note : 16/20

Découvrez la fiche Livraddict

Livraddict

Publicités

5 réflexions sur “« L’extinction des cougars » de Françoise Le Mer

  1. Mmh, j’étais très emballée pendant la première partie de ta chronique, mais je suis bien moins convaincue à cause de ce twist final qui risque de beaucoup me frustrer… J’essaierai peut-être quand même ! 🙂
    Je vois que tu lis la trilogie Valisar, ça te plaît ? J’avais beaucoup aimé Le Dernier Souffle, et beaucoup moins Percheron, mais pour l’instant le premier tome de Valisar m’a bien plu, j’attends d’avoir lu les deux autres pour me faire un avis définitif 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Effectivement, le twist de fin est un peu difficile à avaler.

      Oui je suis sur la trilogie des Valisar, je le lis treeeeeees lentement.
      J’avais absolument adoré le Dernier Souffle qui reste ma saga fantasy favorite ! J’ai confiance en Fiona McIntosh pour nous faire voyager 🙂
      Par contre c’est un sacré pavé

      Aimé par 1 personne

      1. On se tient au courant alors ! 🙂 J’ai vraiment adoré aussi le Dernier Souffle, mais dans Percheron il manque la bonne idée qui en fasse une histoire originale… J’espère vraiment que Valisar va me plaire jusqu’au bout ! 🙂

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s