[Discussion] Trop de romance à toutes les sauces ?

Attention, Plume de Soie balance…

Cela fait plusieurs mois déjà que ce sujet me taraude, et me gêne particulièrement dans mes lectures. Deux événements m’ont décidée à me lancer dans la rédaction de cet article. Ma lecture de « Everything Everything » de Nicola Yoon et celle du premier tome des Etoiles de Noss Head de Sophie Jomain. Alors, toi, je vais pas te louper…

oh my god biting fist

Dans ma chronique sur cette dernière lecture, j’ai poussé un coup de gueule concernant la niaiserie et la facilité de l’intrigue, mais surtout l’omniprésence des clichés. Aujourd’hui, nous allons parler d’un cliché en particulier : la romance, tout le temps, partout, sous toutes les formes.

Pour préciser, il n’ s’agit ici que de mon avis. Je n’avance rien de façon catégorique, je n’affirme rien. N’hésitez pas à répondre à cette discussion en commentaire et à soumettre votre avis !

Alors, je ne critiquerai pas ici les livres appartenant directement au genre même de la romance. Lorsque nous nous attaquons à des Harlequin, des Milady ou autre, nous savons déjà à quoi nous attendre. Nous n’avons qu’une envie, enrober notre petit cœur de guimauve et de sentiments roses à nous en faire vomir des papillons et des arc-en-ciels. Là, on le veut le cliché du beau brun ténébreux insensible qui tombe enfin amoureux, là, on les veut le triangle amoureux et les relations torrides et torturées.

Non, ici je vous parle de ces autres livres : fantasy, fantastiques, policiers, thrillers ou encore livres contemporains un peu plus engagés traitant de handicap ou de faits de société, la romance est partout. Et je trouve qu’elle est souvent mal amenée.

On dirait que, du point de vue de beaucoup d’auteurs, un roman serait accueilli comme creux sans romance. Une bonne histoire ne saurait-elle se concevoir sans une histoire d’amour ? Présentez-la subtilement, au moins, et ne mettez pas vos gros sabots dans les plats de clichés !

Je prends un exemple parmi tant d’autres : « Divergente ». Je n’ai pas lu le livre, je n’ai vu que le premier film, alors il se peut que je parle ici en profane (pas taper…). Mais j’avais adoré mon visionnage ! L’univers est riche, et moi qui suis un peu allergique aux dystopies, j’avais adoré le concept. Mais… Pourquoi Quatre ? Et pourquoi faut-il que ce soit un Adonis au six pack mystérieux et au premier abord antipathique à souhait avec Triss ? On a ici l’histoire d’une jeune fille emprisonnée dans un carcan sociétal assez brut, mais elle décide de suivre ses propres valeurs, de voler de ses propres ailes en choisissant le faction des Audacieux, quitte à être la plus mauvaise, mais elle n’abandonne pas. Tout ceci est emprunt d’une ambiance complot/doutes sur les dirigeants, pourquoi était-il nécessaire d’ajouter une romance avec Quatre qui, niveau clichés, en tient une bonne ? Alors peut-être que dans les tomes suivants, leur histoire apporte vraiment quelque chose à l’intrigue, au fil conducteur… Mais sur le coup, j’avais trouvé cet élément totalement inutile.

Soyons clairs, je n’ai rien contre une histoire d’amour au milieu d’un livre d’un autre genre. Certains auteurs manient très bien la chose, je pense notamment à J.K RowlingCindy Van Wilder dans « Les Outrepasseurs » ou à Christelle Dabos dans « La Passe-Miroir ». La romance y est très succinctement présente, y est amenée avec beaucoup de doigté et de subtilité sans aucun cliché et ce sont des sagas absolument extraordinaires, débordantes d’imaginations et qui ont déjà su conquérir le cœur de milliers de lecteurs.

Mais pourquoi tombons-nous toujours dans les mêmes gimmicks énervants ? J’entends par là le tas de muscles antipathique qui révèle un côté sensible et qui serait capable de faire au moins 1000 tractions d’affilée par amour torride pour l’héroïne (arrêtez, je caricature à peine) ? Pourquoi une protagoniste ne peut-elle pas tomber sous le charme d’un mec un peu malingre, ou un peu gros, avec un bec de lièvre ou bien les oreilles décollées, ou encore avec une bedaine ? Niveau identification à la vie réelle, on serait déjà plus dans le thème, non ? Et nous serions beaucoup à apprécier cela !

Lorsque j’ouvre un livre de S.F, fantasy, fantastique, horreur, dystopie, je veux me faire happer par un univers. Je veux retrouver cette perte totale de repères que je ressentais lorsque j’ouvrais un Harry Potter. Pourquoi pas, faire vivre une romance au héros, bien-sûr ! Je ne suis pas aussi fermée d’esprit. Mais est-ce que cela apporte vraiment quelque chose à l’intrigue, et surtout, à notre lecture ?

On peut prendre l’exemple des Etoiles de Noss Head ? Non j’enfonce pas des portes ouvertes… Je les défonce au bazooka :).

Toutes les critiques négatives et même simplement mitigées revenaient sur le même sujet : la niaiserie des personnages et de la romance. Lorsque j’ai refermé ce premier tome (au moment où Leith arrache sa chemise pour sauver Hannah d’un méchant loup-garou en rut), j’ai repensé au défi « Relire, réécrire ou brûler » que j’avais vu sur la chaîne de Margaud Liseuse. A chaque fois, une sélection de trois livres et au hasard, et choisir lequel relire, lequel réécrire et lequel brûler. Non, je ne brûlerais pas celui-ci. Je le réécrirais. Je pense que l’univers des Etoiles de Noss Head aurait énormément à apporter à la littérature jeunesse si l’intrigue était un tantinet mieux creusée. C’est un exercice que je me fais souvent : est-ce que tel élément est justifié ? Est-ce que si on le retire, l’histoire tombe à l’eau ? Est-ce que donc, ton aversion pour telle ou telle lecture est justifiée ? Une fois cela, je modère mes propos et arrive à voir les qualités d’un livre, même si je n’y ai pas fait attention durant ma lecture.

Je vous présenterai un dernier exemple beaucoup plus nuancé, pour lequel je concède psychoter un tantinet. Il s’agit de « Everything Everything » de Nicola Yoon (attention, risques de spoils !).

Pour la petite histoire, je ne l’ai lu que pour argumenter cet article que je préparais déjà depuis quelques semaines. J’ai passé, au final un agréable moment, mais là encore j’ai été gênée par la présence de la romance. Bien-sûr, cette fois, si nous la retirons, l’intrigue perd pas mal de corps. Mais pourquoi ne pas transformer cette romance en amitié, même fusionnelle ? Maddy n’aurait-elle pas pu découvrir le monde, s’élever, évoluer et guérir sans amour ? Mais sur ce point, je comprends totalement que des lecteurs aient trouvé primordial que Maddy tombe amoureuse pour s’ouvrir au monde, d’autant que Olly n’est pas complètement tombé dans le cliché.

Dans le deuxième tome de « La Mer Eclatée » de Joe Abercrombie, les deux personnages principaux tombent amoureux en fin de livre. Mais elle, elle a du poil aux pattes, sous les bras, des nœuds dans les cheveux et mauvaise haleine au réveil, et lui a les cheveux gras et est un gros lâche sur le champ de bataille. Eh bien là, c’est une romance qui me dérange déjà beaucoup moins… Si tant est que l’on puisse appeler cela une romance.

Bref, de l’imagination, nous en voulons ! Vos univers, votre plume, vos histoires on les aime ! N’en doutez jamais, mais pour la romance, une révolution serait pas mal ! 🙂

J’espère ne pas vous avoir parue trop sèche et sévère ! J’avais besoin de partager sur cet ingrédient incontournable  qui a su gâcher pas mal de mes lectures.

Surtout, n’hésitez pas à me faire part de votre avis en commentaire, il s’agit avant tout d’une discussion ! Ah et juste pour la forme… Mort aux triangles amoureux ! Ça y est, je l’ai dit.

Publicités

54 réflexions sur “[Discussion] Trop de romance à toutes les sauces ?

  1. Je suis d’accord avec toi sur le fond ! Parfois je lis un roman et je me dis… Mais pourquoi ? Le triangle amoureux était-il nécessaire ? Le pire ? ça a influencer ma propre écriture ! Non contente de mettre une histoire d’amour dans ma dystopie, je me suis dit : c’est trop simple peut-être ? Ailleurs on croule sous les triangles amoureux , est ce que l’amour dans toute sa simplicité suffira au lecteur alors qu’il n’est pas le moteur unique de l’intrigue ?
    Bref, j’avoue que la romance à toutes les sauces, c’est comme tout, parfois ça lasse. Perso je la trouve dans certains livres si peu creusée, si évidente que je ne comprend pas. Comment des personnages qui n’ont rien vécu en pâmoison ?

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton avis !
      Je trouve qu’une romance n’est même pas obligatoire. A moins que tu aies vraiment envie de l’inclure dans ton récit, ne te sens pas forcée d’en mettre une ! Mets une relation plus rare à voir, une amitié fusionnelle, une simple relation torride sans aucun sentiment, et qui ne prend pas trop de place dans l’histoire. Des choses rares à lire dans des romans d’un autre genre que la romance, et que je trouverais même plaisantes à partir du moment où elles ne prennent pas trop de place.
      Pour moi, un romance approfondie et réfléchie, « bien écrite » n’a pas sa place ailleurs que dans de la romance, ça dévie l’intrigue principale. Mais je suis peut être un peu sévère 🙂

      J'aime

      1. Tu as raison, après concernant mon histoire et sans vouloir trop dévoiler l’intrigue, je trouve que dans une dystopie où les hommes ont été quasiment rayé de la carte depuis 60 ans, il était important de montrer que l’amour est possible entre les deux sexes car c’est quelque chose qui n’existe plus… Dans l’esprit que tu décris, il y a une « romance » qui m’a un peu soulé, c’est celle de Caraval… J’aurais préféré une amitié forte entre les deux persos et un univers plus développé.

        Aimé par 1 personne

  2. Super article! Totalement d’accord avec toi, la romance partout, j’en ai un peu marre… D’ailleurs pour Les Étoiles de Noss Head je ne m’attendais pas du tout à la romance, franchement je pensais pas que ça ne tournerait qu’autour de ça… Du coup j’ai franchement été déçue et dérangée par ça. Je pense que y’a vraiment moyen de faire des histoires intéressantes sans pour autant y mettre de la romance.

    Aimé par 1 personne

  3. Entièrement d’accord, d’autant que souvent ces romances suivent le même schéma donc ça n’apporte même pas d’originalité ou de suspense à l’histoire 😉 Je me faisais justement la réflexion l’autre jour : je n’ai pas souvenir d’avoir lu un roman avec un personnage principal de moins de 25 ans, disons, qui serait déjà en couple au début de l’histoire et qui reste avec cette personne tout au long du livre. Tu me suis ? Soit il a au moins la trentaine et du coup il peut être marié, soit il est ado-jeune adulte et du coup il aura deux options : trouver l’amour au cours de l’histoire, ou être dans une relation pas satisfaisante et quitter l’autre pour trouver l’amour au cours de l’histoire. Pourtant ça me plairait bien, une fois, d’avoir des héros jeunes qui sont peut-être ensemble depuis 2-3 ans, qui ont déjà une belle complicité et une routine, et qui vivent des aventures sans qu’on ait besoin d’axer le tout sur leur relation de couple !

    Aimé par 1 personne

  4. J’ai l’impression que niveau triangle amoureux, ils sont en train de se calmer en ce moment, on en voit moins. x)
    Je plussoie carrément ton article et ça me rappelle comme j’ai été déçue de lire une romance (mal amenée, maladroite, tombant comme un cheveu dans la soupe, bref tu vois le topos), dans Caraval de Stephanie Garber. Le truc avait un univers de dingue, une histoire épique, fantastique, innovante et BAM ça a été plombé (à mon sens) par cette romance sans saveur, sans surprises, avec le gars « cliché sur pattes », tablettes de chocolat, antipathique-mais-pas-tant-que-ça-en-fait-parce-que-tu-vois-il-a-beaucoup-souffert-dans-sa-vie… J’étais verte de lire à quel point une auteure qui a de l’or en barre dans les mains et arrive à te construire une incroyable histoire puisse tomber dans la banalité absolue. Voilà, j’suis encore colère même quelques semaines après ma lecture. Bouh. x)

    Aimé par 1 personne

  5. J’en ai parlé plus haut de Caraval effectivement. Je suis complètement passé à côté de ce bouquin justement à cause de ça. Si l’auteur avait fait l’impasse sur la romance pour creuser un peu plus l’univers Sinon particulier qu’elle a construit… ça aurait été bien mieux.

    Aimé par 2 people

    1. Je n ai pas lu divergente mais j ai regardé le film et j avoue ne pas avoir du tout accroché… au contraire j ai adoré la passe miroir et l histoire d amour qu elle reflète.
      Personnellement j explique cela par le fait que je n ai pas envie de voir une histoire d amour un peu attendue avec une jolie fille et un gars canon et torturé… je trouve cela ultra cliché. J aime une histoire d amour quand elle est nouvelle, quand les personnages ne sont pas attendus, qu ils nous surprennent… alors dans cette mesure l histoire d amour peu être intégrée dans n importe quel type de lecture.
      Mais je dis non aux gars avec des abdos et des bras de 2 mètres de diamètre!
      En résumé je pense qu une histoire d amour qu on a pas déjà vu cent fois est toujours la bienvenue si elle sort des clichés habituels…

      Aimé par 2 people

  6. Comme je suis d’accord avec toi. Je te rassure Divergente la romance est même pire dans les tomes suivants. L’héroïne est d’autant plus énervante à cause de « cet amour » qui la dicte.
    J’en ai tellement marre de voir l’héroïne changeait totalement de personnalité à cause d’un beau brun dont toutes les filles sont folles, daigne lui lancer un regard.
    Je trouve que les triangle amoureux ou les romances qui prennent beaucoup trop le pas sur l’histoire et bien ça gâche l’histoire, l’univers construit….
    Je te soutiens dans la lutte contre la romance trop niaise dans des genre littéraires qui n’ont pas besoin de ça pour être géniaux !

    Aimé par 1 personne

  7. Je trouve ton article très bien écrit et très bien monté. Je suis de ton avis concernant le trop plein de romances dans des genres qui n’ont pas forcément l’utilité d’en contenir.
    J’avoue que beaucoup de ces amours sont faits de clichés plus ou moins mielleux, là j’adhère à ce que tu dis.

    Seulement il y a une chose qu’il faut accepter, je pense, c’est que les clichés fonctionnent du fait de notre société. Quand tu demandes pourquoi la fille ne tomberait pas amoureuse du petit gros à bec de lièvre, je te répondrais que c’est parce que ça ne fait pas vendre. C’est triste, je te l’accorde, mais cest ce qui fait tourner le monde.
    Dans une société où tout est moyen et mediocre, on te sert sur un plateau ce qui est beau et fait « fantasmer ». Ce que les gens veulent voir/lire c’est des choses contraire à ce qu’ils vivent. On le voir aussi dans le cinéma.

    Pour reprendre l’exemple de Quatre, une jeune fille aura beaucoup plus tendance à rêvasser de celui qu’ils ont inventé plutôt que s’il avait été gros et moche, pour simplifier.

    Alors là je dirais que le point le plu malheureux dans tout ça, c’est le fait d’écrire pour faire de l’argent seulement.

    Aimé par 1 personne

      1. Je ne pense pas que ce soit dû à l’auteur. Mais plutôt aux lecteurs (à la majorité du moins). Un auteur aujourd’hui va chercher à ce qu’on lise ses livres et va donc donner ce qui est attendu de manière générale. Sans compter les maisons d’édition qui, je pense, mettent parfois la pression pour faire leur chiffre.

        Là encore, c’est un peu comme dans le cinéma. Les premiers Marvel ont fonctionné du coup on nous décline tous les super héros de comics à toutes les sauces. Quitte à nous lasser. C’est notre société de conso qui veut ça.
        À mon avis c’est un peu la même chose pour la romance, c’est ce qui se lit le plus en ce moment alors du coup tout le monde veut s’aligner.

        Aimé par 2 people

  8. Je suis totalement d’accord avec ton article. J’aurai des tas de livres comme exemple… Simplement à la base le YA c’était pour les adolescents. Du coup je pense que c’est pour ça qu’il y a presque tout le temps une romance. C’est que maintenant tout le monde lit du YA mais il faut pas oublier que la tranche visée en premier c’est les ado…

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton retour !
      Mais ce n’est pas parce que les livres ont été écrits pour des ados que les récits doivent être bâclés, de moins bonne qualité et bourrés de clichés. C’est justement lorsque l’on est enfant et surtout adolescent que l’on construit notre esprit critique et nos passions, notamment celle, par exemple, de la lecture. Et c’est dommage de ne pas leur écrire des récits qualitatifs.

      J'aime

  9. Je t’avoue quelque chose miss. En ce moment, je suis en panne de lecture. Et j’ai pris du recul par rapport à ce que j’ai l’habitude de lire. La romance bien souvent je le lis non pas pour le happy end ou l’intrigue mais surtout car je veux ressentir quelque chose que je ne ressens pas au quotidien. Mais j’avoue que j’aimerais retrouver une évolution de la romance. Quelque chose de beaucoup plus travaillé, complexe et avec des émotions qui débordent. Je pense que si je reprend ma lecture, je partirais plus sur de la romance beaucoup plus recherchée 🙂

    Aimé par 1 personne

  10. MERCI POUR CET ARTICLE!

    « Pourquoi une protagoniste ne peut-elle pas tomber sous le charme d’un mec un peu malingre, ou un peu gros, avec un bec de lièvre ou bien les oreilles décollées, ou encore avec une bedaine? Niveau identification à la vie réelle, on serait déjà plus dans le thème, non? » … Tu as tout dit ❤️

    Aimé par 1 personne

  11. Je pense qu’il faut innover, sans perdre de vue le romantisme. Même si l’on garde certains clichés des plus romantiques, éviter les histoires de bad boy tombant amoureux des petites intellos, ou alors amener cette histoire de façon fraîche et… rafraîchissante ! (Oui, j’aime bien les accumulations synonymiques haha)

    Aimé par 1 personne

  12. Je suis tellement d’accord avec toi ! Je commence à être de plus en plus allergique aux romances, qui deviennent de moins en moins crédibles et réalistes….
    Pour ma part si je lis un livre fantastique, si il y a une romance, ça ne me gêne pas, MAIS il faut que ce soit ultra léger, et que ça ne prenne pas le pas sur l’histoire ! (comme Nil par exemple, ou La sélection).
    Bref, très bel article que je mettrais dans mon prochain C’est le 1er, je balance tout !
    et oui, A MORT LES TRIANGLES AMOUREUX !

    Aimé par 1 personne

  13. Je suis d’accord à propos des clichés, j’ai passé beaucoup de temps à lever les yeux au ciel ces derniers temps dans mes lectures devant tel ou tel cliché utilisé par l’auteur (e). Cela concerne n’importe quel genre d’ailleurs.
    Je mettrais quand même un bémol à ton article : attention à ne pas confondre la Romance (le genre avec sa définition bien particulière donnée par les RWA) et la romance, c’est-à-dire l’histoire d’amour. Comme quelqu’un le faisait remarquer plus haut, il y a très souvent une histoire d’amour dans les Young Adult (surement du fait du public visé) mais certains Young Adult sont directement un sous-genre de la Romance. Et je pense que c’est le cas pour le roman de Sophie Jomain même si c’est à vérifier !

    Aimé par 1 personne

    1. Je fais bien le distinguo dans mon article. Je précise bien que je ne parle pas du genre de la Romance avec un grand ‘R’, mais bien des histoires d’amour dans d’autres genres. Et je ne comprends pas pourquoi le fait que le public visé soit jeune oblige à teinter des histoires déjà riches en imagination et créativité de romances mielleuses et clichés qui prennent bien trop souvent le pas sur l’intrigue principale.

      Aimé par 1 personne

      1. Je précise parce que certains livres relèvent de la romance (beaucoup de YA en particulier) sans que les lecteurs ne le sachent parce que les maisons d’édition ne sont pas toujours claires/précises.
        Peut-être parce que l’adolescence est vue comme l’âge où l’on expérimente le premier amour. Le public visé (adolescent/jeune adulte) ne doit pas non plus pousser les auteurs à se défaire de ces clichés qui semblent plaire.

        J'aime

  14. Je pense que ça tiens surtout au fait que tout les livres que tu cite sont des YA et oui c’est effectivement un des points « quasi obligatoires » dans les YA : la romance, comme si les ado (et jeunes adultes) ne pensaient qu’a ça.

    Je pense que si tu veux t’éloigner de ce cliché il va falloir commencer à penser à lire un peu de livres destinés à un public plus adulte ou arrivés avant la mode du YA et sa romance obligatoire, vu qu’avant il n’y avait pas cette distinction.

    Et comme on l’a dit il y a 2 type de romances, je suis d’accord, la romance en tant que genre littéraire et les histoires d’amour. Et autant je trouve que mettre une histoire d’amour n’est pas cliché, ça fait parti de la vie normale de la grande majorité des gens et du coup avoir un livre totalement sans me parrainait limite bizarre, mais on est pas obligé de s’appesantir dessus, du coup autant avoir forcement une vrai romance (histoire entre deux personnages principaux qui parle essentiellement -pendant un grand nombre de page- de leur relation et qui se fini à la fin avec les deux personnages étant en couple et heureux pour la vie) n’est pas nécessaire.

    J'aime

    1. Comme dit, je n’ai rien contre la présence de romance, mais pourquoi est-elle toujours amenée avec autant de niaiserie et de clichés ?
      Parce que les lecteurs sont des adolescents ou des jeunes adultes, nous ne pouvons pas leur faire lire des histoires d’amour de qualité, sans cliché ?
      C’est comme si nous ne trouvions pas dommage ou grave de bâcler les livres pour enfants car, à cet âge, ils n’ont pas encore développé leur esprit critique. Du coup pas besoin de livrer du contenu de qualité.
      C’est justement lorsque nous sommes en pleine croissance que nous découvrons le monde et la culture, que nous soyons enfants ou adolescents. C’est à ce moment là que nous créons nos passions, notamment celle pour la lecture, et donc notre esprit critique. Alors il est vraiment dommage de le forger avec autant de clichés et d’histoires vides.
      Encore une fois, je ne traite pas de la romance comme genre en tant que tel, mais de la présence de romance dans les livres appartenant à d’autres genres. C’est très différent dans leur façon d’être accueilli par un lecteur. Quand un lecteur ouvre un type de livre, il se prédispose à lire telle ou telle chose, donc forcément, un élément d’un autre genre amené avec des gros sabots, sans aucune originalité, je ne vois pas trop l’intérêt.

      J'aime

  15. Je suis globalement très d’accord avec toi dans ton article, parfois je vais adorer un roman et la romance va me faire un peu lever les yeux au ciel, SURTOUT quand elle occulte l’intrigue principale. Après tout, on a tous affaire à l’amour dans notre vie, alors pourquoi pas les personnages ? Mais comme tu le dis, quand l’histoire d’amour prend le pas sur l’intrigue et quand en plus c’est bourré de clichés ça gâche un peu la lecture ! Tu as donné les meilleurs exemples de romance bien menée dans ton article 🙂 (bon après dans ceux que tu cites je ne connais que HP pour l’instant…)

    Par contre, je ne suis pas sûre que ce soit forcément la faute des auteurs… C’est un peu aussi la faute des maisons d’éditions ! Par exemple, l’auteure du Cirque des Rêves, Erin Morgenstern (j’espère ne pas me tromper sur l’orthographe) n’avait pas mis de romance dans son livre au départ, c’est la maison d’édition qui a accepté de la publier qui lui a demandé, comme si on avait besoin de ça pour rendre un livre intéressant ^^ Heureusement, c’est resté assez subtile et au final je ne sais pas si ça a vraiment été essentiel…

    Après, je pense que s’il existe autant de romance c’est parce que les auteurs et ME ont remarqué que les livres en contenant avaient plus de succès… Mais peut-être que la tendance va s’inverser, car je vois de plus en plus de gens râler sur ça !

    Et comme toi, les triangles amoureux me font tellement lever les yeux au ciel qu’ils font un tour sur eux-mêmes ! Ou alors il faut que ça soit très bien mené mais j’ai du mal à être indulgente là-dessus.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire ! Je ne suis pas certaine que les maisons d’éditions »forcent » les auteurs à mettre des histoires d’amour clichées dans leurs livres . Mais si c’est le cas, oui, effectivement…

      J'aime

  16. Coucou! je viens de découvrir ton blog et cet article et c’est vrai qu’il y a énormément de romance, à croire qu’on manque d’amour IRL. Des fois ça me gêne un peu,surtout quand (comme tu le dis) ça n’apporte pas grand chose à l’histoire et sinon, je n’y avais pas réellement prêté attention. Après avoir lu ton article, c’est clair que ça manque de réalisme et les clichés pullulent. Un peu d’imperfection ne ferait pas de mal pour amener la crédibilité. 🙂

    Aimé par 1 personne

  17. Je suis entièrement d’accord avec toi… tellement que j’évite les romans dans lesquels je sens venir l’histoire inutile de la romance ! Très fréquent d’ailleurs dans les romans estampillés « jeunesse »… à croire que les ado et jeunes adultes ont besoin de vivre l’amour par procuration. C’est triste.

    Aimé par 1 personne

    1. Tout pareil, c’est devenu un critère rédhibitoire même pour les livres type fantastique, fantasy etc. Quand un livre m’intéresse, je m’arrange pour demander à un ami qui l’a lu le poids de la romance dedans. Et je suis souvent déçue.

      J'aime

  18. Je suis totalement d’accord avec toi! Je suis pour ma part fan des dystopies et autres univers fantastiques/fantasy, mais pourquoi lorsque l’on est happé par l’histoire, l’histoire d’amour vole la place principale à l’univers ou l’objectif premier? Pourquoi l’héroïne est pratiquement toujours, une fille très courageuse mais surtout très très niaise???
    En tous cas je vois que nous sommes beaucoup à être d’accord avec toi, alors si les futurs auteurs de supers romans pouvaient te lire aussi ce serait génial! 🙂

    Aimé par 1 personne

  19. Je suis totalement d’accord avec toi ! Je n’en peux plus de ces romances niaiseuses que l’on retrouve maintenant dans quasiment tous les romans, qu’importe le genre. Je trouve que les auteurs se sont un peu calmés concernant le triangle amoureux, mais la plupart ne maitrisent toujours pas l’histoire d’amour subtile, en toile de fond (très au fond). Je n’en peux plus des romans dont les héroïnes se veulent fortes, indépendantes mais qui, au final, sont gouvernées par leurs hormones et ne peuvent s’empêcher de se faire des réflexions d’adolescentes en chaleur à chaque fois qu’elles croisent un homme « viril ». J’ai lu tellement de romans dans lesquels on croise ce schéma ces derniers mois que je comprends totalement ton coup de gueule. Je le partage !
    J’ai Les étoiles de Noss Head dans ma PAL, pas sûre de m’y mettre du coup.. Je vais peut-être le revendre à Gibert Joseph sans passer par la case lecture x)
    Des bisous !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire !! Oui j’en ai vraiment ras le bol. Tout comme les livres qui finissent leur quatrième de couverture avec « saura-t-elle faire face à son destin ? Et quel est cet étrange sentiment que lui procure Steven, mystérieux jeune homme, aussi beau qu’insupportable ? »
      Je ne compte plus les livres que j’ai reposes parce qu’ils reprenaient cette phrase. C’est niet, pour moi, désormais.
      Pour les étoiles de noss head, je te conseille de te faire ton propre avis ! Après tout il a su conquérir énormément de monde !

      Aimé par 1 personne

      1. Ah oui ça me rebute directement aussi. Je fais plus attention aux livres que j’emprunte (et encore plus aux livres que j’achète) ! Sentiment, homme et mystérieux.. haha, c’est tellement ça. x)
        En tout cas, je ne vais pas le lire tout de suite. J’ai lu trop de romans où la romance était omniprésente ces derniers temps (et je crois que celui que je lis va vite le devenir, malheureusement) !

        Aimé par 1 personne

  20. Bon, j’arrive après la bataille, mais je suis juste totalement d’accord avec toi ! Les triangles amoureux, les beaux gosses mystérieux et torturés, les histoires à l’eau de rose, ça suffit ! Je ne suis pas contre les romances dans la fantasy ou autre – récemment Ophélie et Thorn m’ont encore fait fondre -, mais souvent c’est tellement niais et inutile que non, ce n’est plus possible. Donc voilà, j’adhère totalement à ton article, merci !

    Aimé par 1 personne

  21. Je découvre ton blog avec cet article et je le trouve très chouette! J’aime l’idée que tu suggères une amitié dans Everything Everything car personnellement c’est ce qui me manque dans la littérature et même au cinéma: de belles histoires d’amitié entre hommes et femmes.
    Et je trouve la romance dans les fiancées de l’hiver très bien choisie pour illustrer une histoire d’amour toute en retenue et chemins biscornus ^^
    Bonne continuation, à bientôt 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. La romance des Fiancés de l’Hiver est sublime. Je ne sais si tu as lu le dernier tome mais… Pfiou…
      Mais sinon oui, des amitiés homme femmes vraiment fortes, on n’en voit jamais, et vraiment j’adorerais en voir ! Si tu as des suggestions de livres sur le sujet je suis preneuse !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s