« La Labyrinthe d’Ormonde T.1 : Sacha Yolka » de Régine Joséphine – Du jamais lu !

Le blog tourne un petit peu au ralenti ces temps-ci, et le livre dont je vais vous parler aujourd’hui, est en attente de chronique depuis des semaines. Probablement ma découverte la plus surprenante cette année, je vous parle aujourd’hui du premier tome du Labyrinthe d’Ormonde, de Régine Joséphine.

Afin de bien vous vendre cette lecture, je m’en vais vous rédiger mon propre résumé. Je ne trouve pas que la quatrième de couverture rende assez hommage à l’univers qui se cache entre les pages…

"Le Labyrinthe d'Ormonde" de Régine JoséphineLa vie de Sacha Yolka se déroule entre son lycée et la caravane qu’elle partage avec sa grand-mère. Le jour où celle-ci disparaît, tout bascule… Qui est cet étrange jeune homme fait de brume et d’ombre qui l’interpelle dans un marais ? Sans le vouloir, Sacha est propulsée à sa suite dans l’Erluzen, le monde de l’Eau Mère habité par les éblouissants Luziens aux bulles chantantes et aux pouvoirs fascinants. 

Son monde, la Terre, et l’Erluzen, appartiennent au Labyrinthe d’Ormonde, composé en tout de quatre univers, un pour chaque élément, l’eau, le feu, la terre et l’air, et gardé par quatre veilleurs, possesseurs de clés aux pouvoir extraordinaires. Leur rôle : préserver l’équilibre entre ces arches. Tout monde prenant le dessus sur les autres provoquerait la destruction au sein du Labyrinthe : famine, guerres, maladies, catastrophes naturelles, déchaînement des éléments…

Sacha va vite apprendre que la gardienne de son propre monde, la Terre, a été assassinée par quelqu’un souhaitant empoisonner le Labyrinthe et dominer les Mondes Mères. Héritière de sa clé de pouvoir, elle va se lancer à la recherche des trois autres veilleurs pour les mettre en garde contre la menace qui approche…

 

Mon avis

J’ai rencontré Régine Joséphine en tombant totalement par hasard sur le stand des éditions Baliverne au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse à Montreuil, en 2016.

Mon œil a immédiatement été attiré par cette couverture assez épique, et je n’ai pas pu résister.

Au final, ma lecture est en demie-teinte. 80% de doute pour au final terminer sur un « Woah ! Mais qu’est-ce que je viens de lire ? ».

La trame commence de façon classique, avec le bouleversement de la vie banale et ennuyeuse, d’une adolescente elle-même banale et ennuyeuse (et assez insupportable au passage, mais parfois ça fait du bien !). Bien malgré elle, elle rencontre un jour par accident un jeune garçon de son âge semblant être fait de brume et d’eau. Il l’emmène dans son monde : l’Erluzen. Et là, l’aventure commence.

Vous n’aurez jamais rien lu de tel, je vous le garantis. Et en fait, je voudrais pouvoir vous dessiner une esquisse de ce monde fascinant, mais… impossible de faire court. Il y a juste beaucoup BEAUCOUP trop de choses. Je vous ai peint le principal dans le résumé ! Et dites-vous que je ne vous ai pas livré la moitié de la richesse de l’imagination de Régine Joséphine.

Des sphères lumineuses nommées luzes empreintes de pouvoirs, pouvant passer d’un propriétaire à l’autre, des montagnes vivantes emprisonnant les imprudents dans leurs entrailles, des cordes qui prennent vie pour former des animaux, des bêtes colossales, quatre mondes que tout oppose… C’est juste inimaginable, et pourtant, Régine Joséphine l’a fait.

Alors pourquoi ce livre ne m’a-t-il pas convaincue durant la totalité de ma lecture ? Contrairement à ce que j’aurais pu vous laisser croire avec mon résumé home-made, il n’y a pas trop d’éléments dans ce livre. Tout s’emboîte… à partir du moment où vous parvenez à comprendre l’univers de l’auteur et ses descriptions. Et c’est là le gros point noir que j’attribuerais à cette oeuvre.

Régine Joséphine semble avoir écrit son histoire pour elle-même. De mon point de vue, elle ne s’est pas assez mise à la place d’un lecteur ne connaissant pas son esprit et ce qu’elle avait en tête, du coup on a souvent du mal à la suivre. Les faits, les actions  et les paysages ne sont pas toujours bien décrits, et j’ai mis des pages et des pages à comprendre le fonctionnement des luzes, et le rôles des luziens au sein de l’Erluzen. Et étant donné que les trois quarts du livre tournent autour du pouvoir de ces sphères de lumières, j’ai très souvent eu l’impression de ne rien comprendre à ce que je lisais et d’avoir loupé un premier tome.

Mais cela n’est peut-être pas totalement la faute de l’auteure. Je suis peut-être une lectrice un peu rigide et attends souvent que l’auteur me mâche tout, je ne laisse peut-être pas assez mon imagination divaguer et j’attends d’un écrivain qu’il me livre presque une photo haute définition de son imaginaire. En bref, je ne veux pas avoir à réfléchir, et c’est peut-être cela qui m’a pénalisée durant ma lecture.

Régine Joséphine pose simplement les bases, et le reste, c’est à vous de vous le fabriquer, de vous peindre les scènes, et de déduire par vous même du fonctionnement des différents éléments magiques du livre.

Heureusement, la trame principale reste claire : le Labyrinthe d’Ormonde soudant les quatre univers entre eux est menacé par un être mystérieux, et Sacha, potentielle héritière de la clé de la Terre, doit prévenir les quatre veilleurs pour en venir à bout. Alors dit comme ça, on pourrait croire qu’il s’agit d’une histoire jeunesse clichée. Vous connaissez mon amour pour les clichés et le déjà vu (hahem), et je puis vous garantir que ce n’est pas le cas ! Et au niveau des personnages, c’est une véritable palette d’anti-héros, tous plus orgueilleux et lâches les uns que les autres, qui s’étalera devant vous. L’identification est garantie, ici pas de super-héros improbable !

Sur les cent cinquante dernières pages, c’est un véritable défilé de révélations et de cliffhangers qui vous empêcheront de relâcher une seule seconde le livre.

J’ai longtemps hésité à le laisser tomber, à me dire que la plume de l’auteure n’était pas faite pour moi. Mais aussitôt la dernière page tournée, vers quelques trois heures du matin, j’ai écrit un mail aux Editions Balivernes, très ouvertes sur les partenariats avec les blogs, pour leur demander si un service presse pour le deuxième tome était possible lorsqu’il sortirait. Je croise les doigts, et prévois de toute manière la lecture de la suite pour la rentrée !

J’espère vous avoir convaincus de vous pencher un peu sur cette saga, et si vous vous lancer dans la découverte du Labyrinthe d’Ormonde, j’espère que vous apprécierez votre voyage !

Sa fiche Livraddict :

Livraddict

Sa note : 17,3/20

Ma note : 17/20

Publicités

8 réflexions sur “« La Labyrinthe d’Ormonde T.1 : Sacha Yolka » de Régine Joséphine – Du jamais lu !

  1. Grâce à toi un nouveau roman s’est ajouté à ma wish list 🙂 L’idée de base me plaît beaucoup, j’espère pouvoir me lancer dedans un jour ! (Je verrais bien si j’arrive à me représenter l’univers de l’auteur ou pas, ça peut dépendre de pleins de paramètres internes et externes au livre ^^)

    Aimé par 1 personne

  2. Au final tu as eu raison de ne pas le lâcher !
    Par contre, ces livres qui donnent la possibilité au lecteur de faire sa propre imagination, représentation du monde à partir des éléments du livre je ne trouve pas ça si mal ! 🙂
    Ton résumé est dantesque aussi ! Je ne sais pas quel était l’original, mais tu as un certain talent pour les résumés ! 😀

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s