« Les Vivants » de Matt de la Peña – Le coupable n’est pas celui que l’on croit

Depuis la fin de ma panne de lecture, je tente de me concentrer au maximum sur mon challenge de lecture 2016. Grâce à cela, je me suis lancé dans le défi de lire trois livres de la Collection R d’ici la fin du mois de décembre, et j’ai commencé par « Les Vivants » de Matt de la Peña.

"Les Vivants" de Matt de la PeñaVous regretterez d’avoir survécu…

Shy, jeune Américain d’origine mexicaine, a choisi ce job d’été pour mettre de l’argent de côté. Quelques mois à bord d’un luxueux navire de croisière vont lui permettre d’engranger les pourboires. Il sera ainsi en mesure d’aider sa mère et sa soeur à régler les factures. Que demander de mieux ? Des bikinis à ne plus savoir ou regarder, des buffets garnis à volonté, et peut-être même une fille ou deux. Après tout, chaque croisière rassemble des gens de tous les âges et de tous les horizons…
Mais lorsque le tremblement de terre le plus destructeur jamais enregistré dévaste la Californie, la vie de Shy bascule. Et ce séisme n’est que le premier d’une longue série de désastres. Ceux qui sont encore vivants devront se battre pour le rester…

 

Mon avis

Un tremblement de terre, des survivants en autarcie sur un paquebot, un tsunami, une fin du monde (ou du moins d’une partie des Etats-Unis), tous les ingrédients d’un bon blockbuster américain cliché. Et oui, j’aime ces films, même si je n’en suis pas forcément fière.

Lorsque j’ai vu tout cela réuni dans un livre, qui plus est en plusieurs tomes, je n’ai pas hésité. Malheureusement, ce fut une grosse déception. Cette saga avait un énorme potentiel. Un vrai film catastrophe couché sur papier. J’ai d’ailleurs découvert le terrifiant Big One, ce fameux tremblement de terre prévu pour avant 2030, d’une amplitude encore jamais enregistrée (au dessus de 10 sur l’échelle de Richter) et qui ravagera la quasi totalité de la côté ouest des Etats-Unis.

On peut croire que c’est ce cataclysme le gros méchant du livre, et là encore ça me fascinait du fait de ma batophobie , ma peur des profondeurs et des objets surdimensionnés. Je vous avais déjà présenté la saga de BD « Sanctuaire » qui me clouait sur place, pour les mêmes raisons.

Mais non, le Big One n’est que l’élément déclencheur de l’intrigue. La côté ouest des Etats Unis est ravagée, le bateau de croisière de Shy est réduit en morceaux par un gigantesque tsunami, et notre protagoniste va alors tenter de s’en sortir sur un radeau de fortune, en plein milieu de l’océan pacifique. Non ce n’est pas un spoil, le livre a bien plus à vous offrir.

L’histoire va prendre un tout autre chemin que celui que nous lui pensions tracé au départ. Que vous inspirent le titre, la couverture ? Une révolte de Mère Nature contre l’espèce humaine ? Des morts-vivants ? Un cataclysme météorologique planétaire peut-être, dans la lignée du « Jour d’Après » ou de « 2012 » ? Eh bien non, l’intrigue va évoluer dans une dimension complètement différente que celle à laquelle nous nous attendons, un décor qui n’a rien à voir avec la couverture d’ailleurs. On pourrait croire qu’il est bon de se faire surprendre, et en temps normal, je serais de votre avis. Mais la thématique que je m’étais imaginée me plaisait vraiment, me terrifiait, et j’avais hâte d’en voir une exploitation écrite. Je me sens flouée !

Malgré cela, j’ai passé un très bon moment entre ces 382 pages. Le rythme est bon, la plume fluide, les personnages échappent à la plupart des clichés et sont attachants (étonnant pour un livre young adult selon moi), je l’ai dévoré en 48h.

Je ne sais pas si je vais me pencher sur les tomes suivants, la véritable intrigue me paraissant creuse et déjà visitée des centaines de fois dans films, livres et séries (eh oui, tout ça !). Si vous vous êtes déjà attaqué aux « Vivants », n’hésitez pas à me donner votre avis dans les commentaires (attentions au spoilers ! 🙂 ) et à me dire si cette saga plus à m’offrir que la banalité de l’intrigue dessinée dans ce premier tome.

Livraddict : 14/20

Babelio : 3/5

Publicités

2 réflexions sur “« Les Vivants » de Matt de la Peña – Le coupable n’est pas celui que l’on croit

  1. Oh zut, je l’ai dans ma PAL, et même si je traine un peu j’avais hâte de le lire, m’attendant à un roman apocalyptique, mais du coup ton avis me fait un peu peur… Je verrais bien, si ça s’trouve comme je m’attends à quelque chose de différent maintenant je serais peut-être moins déçue 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s