« Indiana Teller T.1 : Lune de Printemps » de Sophie Audouin-Mamikonian – Frustrée… mais j’ai adoré !

Typiquement le genre de livre que j’ai dans ma PAL depuis un bail, acheté sur un coup de tête sans même regarder la quatrième juste parce que la couverture me plaisait, ce premier tome de Indiana Teller était parti pour rester prendre la poussière sur mon étagère pour longtemps. Mais je ne sais même plus pourquoi, je ne sais même plus comment, à peine le Cold Winter Challenge commencé, au lieu de me diriger vers un de mes livres prévus, ma main s’est portée sur celui-ci.

Plusieurs mois que je l’avais acquis grâce à une vente privée Michel Lafon, j’allais enfin découvrir ce qu’il avait à m’offrir. Au début très sceptique, puis frustrée, mais enfin ravie, il m’a faite passée par moultes émotions que je me dois de vous retranscrire à chaud aujourd’hui.

Munissez-vous de vos poignards et de vos shurikens en argent, nous partons pour le Montana, au pays des loups-garous.

"Indiana Teller T1 - Lune de Printemps" de Sophie Audouin-Mamioknian« Indiana Teller T1 : Lune de Printemps » de Sophie Audoin-Mamikonian – Editions Michel Lafon

Dans les interminables plaines du Montana s’étend le ranch des Lykos. Les voisins alentour sont loin de se douter que ses habitants sont les membres de l’un des clans de loups-garous les plus puissants d’Amérique du Nord. Parmi eux, un seul humain a sa place : Indiana Teller, 17 ans. Né de l’union d’une humaine aux pouvoirs mystérieux et d’un loup-garou, Indiana est le petit-fils et le seul héritier de Karl, le chef de la meute. Se sentant comme un étranger parmi les siens, il lutte pour trouver sa place dans la hiérarchie codifiée imposée par son peuple : des créatures fantastiques qui vivent cachées au milieu des hommes.

Mon avis

Ma lecture n’a pas été des plus aisées. Lorsque j’ai tourné la dernière page, j’ai cru à un coup de cœur car la dernière partie de ce premier tome est riche en actions, explications, révélations et plein d’autres mots en « -tions ». Mais après réflexion, non, ce n’est pas un coup de cœur. Mais l’univers dessiné par Sophie Audoin-Mamikonian est ici tellement riche qu’il va me falloir un certain nombre de mots pour vous expliquer l’univers, son réseau, ses personnages, sa toile de fond, et du coup ce qu’il y a à garder et ce qu’il y a à jeter de cette lecture. On est partis ?

La majorité du temps, j’ai eu l’impression d’avoir dans les mains une guirlande électrique complètement emmêlée dont je m’acharnais à dépêtrer les nœuds. Nous sommes face au schéma classique de l’adolescent faisant partie d’une société secrète, mais sans doté d’aucun pouvoir, contrairement à ses congénères. Il va en souffrir, se sentir rejeté malgré l’amour de son tuteur, et va donc chercher à partir pour faire ses preuves ailleurs.

Indiana n’est pas un loup. Orphelin de père, sa mère est à l’asile psychiatrique, considérée folle. Élevé par ses grands parents paternels, il tente de se faire une place dans cette communauté de loups-garous. Attention, nous sommes bien loin des clichés des films d’horreur des années 30 ou de Supernatural où l’humain infecté ne se transforme qu’à la pleine lune en un monstre répugnant, pris d’une frénésie sanguinaire dont il ne se souviendra pas le lendemain qui le pousse à aller arracher le cœur de la première victime potentielle.

Ici, les loups-garous ne sont pas des infectés, mais des créatures fantastiques, sublimes et fières, descendants du dieu égyptien Anubis. Il se transforment quand il le souhaitent, possèdent une force et un pouvoir de guérison extraordinaires et des sens extrêmement développés. Rien n’est plus important pour eux que la meute, sa hiérarchie, l’autorité du loup alpha et bien sûr, leur autarcie. Rester cachés des humains est leur priorité.

Maintenant que je vous ai dressé le bestiaire auquel nous avons affaire, penchons nous un peu plus sur la toile de fond. La famille d’Indiana est extrêmement puissante, extrêmement riche et leur loup alpha, le grand-père d’Indiana, est le plus respecté d’Amérique du Nord. On se rend vite compte que derrière ces créatures mystiques se cache un véritable réseau que l’on presque comparer à une mafia. Des clans, des affrontements, un fond de politique, des arrangements, des coups d’état… Bref, une mise en scène des loups-garous comme je n’en avais encore jamais lue.

Indiana va vouloir partir à l’université, devenir quelqu’un à défaut d’être un loup. Mais rien ne va se passer comme prévu lorsqu’il va être victime d’un accidentAccident ? Pas vraiment, Indiana en est sûr, on a cherché à le tuer. Ajoutez à cela ce fou de Louis Brandkel, alpha d’une autre meute, sanguinaire, cruel et violent qui cherche à tout prix à retourner à l’âge des crocs où seule la loi du plus fort comptait, et qui n’aspire qu’à une chose : provoquer le grand-père d’Indiana en duel, le vaincre et prendre sa place. Est-ce qu’il y a un lien ? Si oui, pourquoi Brandkel s’attaque-t-il à lui, pauvre humain sans défense et sans intérêt ?

En bref, quoi de bon, quoi de mauvais ?

Ce livre vous emportera dans des affaires de famille complexes, pas toujours faciles à comprendre. La vie et l’organisation des loups-garous sont compliquées, et si c’est une toute nouvelle façon de mettre en scène des créatures fantastiques que nous offre ici l’auteur, j’ai perdu le fil plus d’une fois. En effet, c’est là le gros point noir du livre : on ne comprend pas toujours les dessous de tout ce qu’il se passe. Les relations entre loups sont complexes, et celles avec les humains le sont tout autant. Interdiction de tomber amoureux(se) d’un(e) humain(e), interdiction de parler de l’existence des loups-garous. Tout humain au courant se verrait exécuté sur le champ, et le loup responsable serait jugé, voire mis à mort. Et évidemment, le traditionnel triangle amoureux va faire que trahison, secrets et manipulations sont au rendez-vous. Personnellement j’ai eu du mal à saisir tout ce que cela impliquait, à chaque rebondissement. Je me suis sentie frustrée, un peu comme l’enfant qu’on met de côté parce que de toute manière, elle ne peut pas comprendre les discussions des adultes.

Ajoutez à cela le pouvoir d’Indiana qui n’intervient que deux fois dans tout le livre et dont je n’ai toujours pas compris l’utilité ni la signification… J’ai eu l’impression de rester sur le banc de touche une bonne partie du livre.

Ah, et les loups garous qui arrivent à se faire passer pour des gros chiens en public… on en parle ? Non parce que je ne sais pas si vous avez-vu la couverture, mais si un loup-garou fait réellement cette taille, dogue allemand ou pas, il y a une anguille dans le pâté !

Quid des personnages ? Du déjà vu. De la fille, petite chose fragile abîmée par la vie qui ne sait pas se défendre seule, du sidekick rigolo aux gros bras en passant par le fils du méchant qui finalement ne veut peut-être pas être méchant, la moindre originalité qui se présente, on prend. Merci à l’humour sarcastique et au sens de l’auto-dérision de Indiana qui a su mettre un peu de piment dans les dialogues ! Et comme c’est le genre de truc qui me fait littéralement fondre… Indiana a rejoint la toute petite pyramide de mes book boyfriends ! Welcome, mets-toi à l’aise… Hahem.

Un premier tome un peu cliché, très adolescent donc, mais dont les cinquante dernières pages laissent présager une suite riche en rebondissements, en tension, en actions. Et c’est certain, je poursuivrai l’aventure.

Livraddict : 17/20

Babelio : 4/5

Publicités

3 réflexions sur “« Indiana Teller T.1 : Lune de Printemps » de Sophie Audouin-Mamikonian – Frustrée… mais j’ai adoré !

  1. Tout comme toi, j’ai fait l’acquisition de ce roman, ainsi que des tomes 2 & 3 via une vente privée Michel Lafon, et depuis quelques jours j’ai pu compléter ma collection grâce à une autre vente privée. Comme toi, ils sont dans ma bibliothèque et je ne les ai toujours pas lu haha, pourtant ce n’est pas l’envie qui m’en manque, mais d’autres livres me font toujours plus envie ! J’espère que j’apprécierai ma lecture malgré les clichés (selon le style de l’auteur, l’ambiance du récit, etc, les clichés peuvent parfois me faire détester un roman). Je reste quand même hyper intriguée par cette histoire de loup-garou ^^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s