« Ça » de Stephen King – Je suis réconciliée avec le king

Je possède pas mal d’œuvres de Stephen King dans ma bibliothèque. « Salem », « Désolation », « The Shining », « Brume et autres nouvelles », « Cujo », « Simetierre ». Et il est vrai que pour la plupart, j’ai apprécié ma lecture mais sans pour autant ressentir le même engouement que la plupart des lecteurs du grand King. Je n’étais jamais assez terrifiée, assez tendue. Oui, je suis une dure à cuire, niveau horreur. Pour moi, rien ne vaut une soirée sous la couette avec, chats, poulet frit et… un film glaçant d’horreur.

Mais ça, c’était avant de lire… « Ça ».

"Ca" de Stephen KingÉté 1957. La terreur saisit la petite ville de Derry, dans le Maine. Tous les 27 ans, un étrange phénomène s’abat sur la ville. Des enfants disparaissent, certains sont retrouvés dans un état effroyable, inhumain, réduits en charpie, en morceaux sanguinolents. Sept enfants parviennent à échapper de justesse à cette « chose », à Ça. Elle semble prendre l’apparence d’un clown en costume blanc à pompons oranges, mais semble aussi pouvoir prendre l’apparence de vos plus grandes peurs.

Stanley, Richie, Ben, Eddie, Beverly, Mike et Bill vont s’y confronter. Un oiseau géant, un clochard pestiféré, un monstre marin… Ça doit disparaîte.

 

Mon avis

On connaît tous cette phobie des clowns.  Ils semblent représenter l’innocence, la joie de vivre, le bonheur, l’amitié… Personnellement, ils ne sont pour moi que fourberie, malsanité, cruauté et traîtrise. Non mais c’est vrai, il n’y a qu’à les regarder  ! Tapez « clown » dans Google Images, vous verrez les résultats…

"Ca" de Stephen King

Ce livre m’a littéralement absorbée, et on se rend compte du véritable génie de cet écrivain. Stephen King arrive à ponctuer son récit de détails horrifiques pour garder son lecteur en haleine et lui donner ce qu’il attend, à un rythme tout juste suffisant, tout en étoffant assez son histoire pour donner une véritable dimension à ses personnages, à ses décors.

Il n’est pas forcément nécessaire d’avoir des détails et des personnages aussi développés pour un roman d’horreur. Le lecteur veut surtout du frisson, un atmosphère glaciale, des monstres terrifiants qui vous empêchent de vous endormir. Je fais partie de ces personnes là. Je veux du concret, pas de blabla inutile, pas d’éléments de remplissage.

Mais Stephen King tisse son histoire avec une habileté hors pair, et même les moments banals, où Ça n’apparaît pas, on ne s’ennuie pas. On vit la terreur des habitants de Derry, on s’attache à eux, on veut savoir d’où Ca vient, comment on peut le vaincre, pourquoi il revient tous les 27 ans pour s’abattre sur Derry.

Eddie, Richie, Bil, Ben, Beverly, Stanley et Mike se sont fait une promesse étant jeunes : ils reviendraient à Derry coûte que coûte si jamais d’étranges phénomènes se produisaient à nouveau. 1985 : les disparitions reprennent… Ça doit dispraître.

(Le prénom dans la citation suivante a été modifié pour vous éviter tout spoil)

« Tu… n’es pas…réel », souffla Paul en s’étouffant; mais les nuages crépusculaires se refermaient sur lui, maintenant, et il se rendit vaguement compte que la Créature était bel et bien réelle. Après tout, elle était en train de le tuer.

Et cependant, il lui resta jusqu’à la fin un fond de rationalité tandis que la Créature enfonçait ses griffes dans la chair tendre de son cou et que sa carotide laissait jaillir, sans douleur, un jet chaud qui alla arroser les plaques écailleuses, les mains de Paul continuèrent de chercher à tâtons, dans le dos du monstre, la fermeture à glissière. Elles ne retombèrent que lorsque la Créature arracha la tête du tronc avec un grognement de satisfaction.

Ah ben, on ne fait pas dans la dentelle, hein ? A vous de voir si vous êtes prêts à vous attaqué à ce sacré morceau. 800 pages, un second tome… Que je ne pensais pas lire d’ailleurs, mais l’histoire ne se termine pas dans le premier volume, bien au contraire…

Foncez, c’est probablement le plus grand chef d’oeuvre de ce génie de l’horreur.

Note Livraddict :  19/20

Note Babelio : 5/5

Publicités

7 réflexions sur “« Ça » de Stephen King – Je suis réconciliée avec le king

  1. Un des King qui m’a le plus fait flipper aussi. En même temps, je devais avoir 13 ans, je vais le relire pour voir si il me fait toujours le même effet 😉
    Même si ils ne m’ont pas fait frissonner, j’ai adoré pas mal de ces autres romans : La ligne verte, le fléau, Dôme, 22/11/63, pour ne citer qu’eux.
    La version téléfilm est sympa, assez fidèle au livre. Un film est en préparation et devrait sortir l’année prochaine.

    Aimé par 1 personne

  2. J’aime pas les clowns non plus miss 🙂 Mais l’atmosphère de ce roman m’intrigue. J’ai beaucoup aimé le frisson quand j’étais ados. Aujourd’hui des films comme « Paranormal activity » je les snobe. Les choses trop réelles dans un film d’horreur me font peur. Je reste alors sur du classique comme « la maison de cire », « l’épouvantail » etc … Un livre d’horreur j’ai jamais lu à part « les chairs de poule » hahahahaha (blague). Je sais pas si je tente l’expérience 🙂 A voir !

    Aimé par 1 personne

  3. C’est bien à cause de « Ça » que je suis tombée dans la King Mania en 1992. Adoré le film. Ça va être dur de voir un remake il a intérêt à être bon.
    Dans mon top ten avec Sac d’Os, le talisman, Misery, 22/11/63, et récemment Joyland. Des ambiances de dingue.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s